Il y a 50 ans, la grève des femmes de la FN Herstal : « Nous, les femmes, on a refusé »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il faut se souvenir que les femmes-machines ont voulu lancer la grève l'année précédente. Refus de soutien de la part des organisations syndicales constituées essentiellement d'hommes. En '66, elles décident quand même de partir sans appui syndical. Risées, moquerie des hommes, mais après quelques jours de grève, les hommes ne reçoivent plus les pièces usinées par les Femmes - chômage technique - qui dure un peu trop - enfin reconnaissance de la situation, compréhension et appui syndical.
juste , je l'ai faite cette grève . j'avais 22 an .
Bonjour. J'ai commencer à la FN le 12/09/1966 juste après la grève. J'ai connu au travail ces femmes courageuses qui travaillaient imbibées d'huile de machine seulement protégées par des torchons. J'ai moi même connu cette situation dégradante. J'avais 17 ans et certaines de ces femmes étaient comme des secondes mère. Sachez messieurs que l'usine avançait grâce à elles aussi,dans une industrie,tous le monde apporte sa contribution au progrès si modeste soit elle. Seulement voilà,le respect et la juste récompense n'est pas l'apanage des patrons.

Début octobre, le Chili a vu apparaître un grand mouvement de protestation déclenché par l'augmentation des prix des transports publics dans la capitale Santiago. Le 28 octobre, les autorités ont dû s'incliner devant l'ampleur des manifestations et ont annulé cette augmentation. Mais ce n'est pas la seule conséquence du mouvement.

Pour Anne-Emmanuelle Bourgaux, constitutionnaliste passionnée et passionnante, le suffrage universel est une avancée fonda

Un an. Cela fait un an que des travailleurs ont enfilé leur gilet jaune et sont sortis pour changer les choses. Un mouvement exceptionnel par sa spontanéité, son évolution, sa faculté d’apprentissage. Et sa longévité, donc. Bon anniversaire les gilets jaunes !

Le 12 novembre, quelque deux mille personnes du secteur flamand de la culture se sont rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles. Deux jours plus tard, elles étaient 600 à manifester devant le Parlement flamand. Le secteur de la culture flamande proteste contre les économies drastiques qui lui sont imposées par le gouvernement Jambon.

Evo Morales, l’actuel président de la Bolivie, a été contraint de démissionner ce dimanche 10 novembre suite à un coup d’État. Confronté à la violence dans les rues et à la mutinerie de la police, il a dû choisir entre la poursuite de l’escalade violente du conflit ou la démission. Mais quel est le véritable enjeu de ce coup d’État ?

Le gouvernement flamand de Jan Jambon a lancé une offensive contre la VRT, l'opérateur audiovisuel public (équivalent néerlandophone de la RTBF). Avec 44 millions d'euros de coupes budgétaires au total et une volonté de contrôle sur le contenu qui semble indiquer qu'il veut faire taire les voix critiques et utiliser le service public pour promouvoir l'idologie nationaliste. Les syndicats de la VRT organisent donc la résistance et appellent tous les défenseurs de la démocratie à rejoindre la lutte.

Alors que des soulèvements populaires traversent le continent latino-américain, des forces réactionnaires y sévissent aussi. Comme en Bolivie où c’est la droite et l’extrême droite qui sont à la tête d’un prétendu « mouvement populaire »... téléguidé par les États-Unis pour faire tomber le pouvoir progressiste. Mais le peuple, justement, n’entend pas se laisser voler le pouvoir par des pions de l’Oncle Sam. N’en déplaise à ce dernier, la gauche relève la tête sur tout le continent.

Quatre ans après les précédentes grandes protestations contre la politique d’un gouvernement corrompu, le peuple libanais est redescendu dans la rue. Cette fois, c’est une foule d’une ampleur sans précédent qui s’est rassemblée, dans l’unité, par-delà les divisions religieuses et politiques et avec la participation tant de la classe ouvrière que de la classe moyenne.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre et décembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Il aura fallu cinq ans à la star française du hip-hop Kery James pour parvenir à trouver un diffuseur pour son premier long-métrage, co-réalisé avec Leïla Sy. Le film, qui pose un regard politique sur la question des banlieues françaises, a finalement été produit par Netflix, où il est désormais disponible en streaming.