L’histoire des Belges au Congo

Au Congo, des profits plantureux engrangés grâce à l’exploitation sans merci des populations locales. (Photo Het geheugen van Congo, de koloniale tijd, ed. Snoeck)
Au Congo, des profits plantureux engrangés grâce à l’exploitation sans merci des populations locales. (Photo Het geheugen van Congo, de koloniale tijd, ed. Snoeck)
Thema's
Histoire

Ajouter un commentaire

Commentaires

Et cette histoire sordide de miniers abattus bien evidemment ne trouvera jamais reparation aux yeux de la belgique. Je ne peux m'empecher de vomir....
J ai vecu a Leopoldville de 1948 a fin mai 1959 mon pere etant le dernier Secretaire General du Congo belge et du Ruanda Urundi et des 1959 President des Ets publics d Inga. Il a travaille au Gouvernement general a Leo avec le GG Mr.L.Petillon ayant aussi ete Directeur general de la 6 DG (Travaux publics). Je suis surpris que l auteur de cet article passe sous silence les 2 livres du GG Petillon, Temoignages et reflexions et Recit Congo 1929-1958 qui auraient pu l eclairer utilement sur l Histoire complexes de notre colonie, Mr Petillon avec d autres dont mon pere n ayant eu de cesse tout au long de sa carriere de conduire ce pays grand comme 3 fois la France a acquerir une autonomie pleine et entiere sur pied d egalite avec la Belgique par la voie d une politique d association entre partenaires apres formation politique notamment et complete des Congolais.Ceci sans nier evidemment les mefaits et exactions imputables a certains particuliers et societes.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.