La crise dans les maisons de repos, tout bénéf pour les multinationales

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bonjour PTB, Bien merci pour votre article sur la politique de la gestion des maisons de repos. Ma mère, agée de 88 ans, toujours valide, en bonne santé et autonome, n'accepte pas les conditions strictes de sécurité incendie en maison de repos : comme l'interdiction de fumer; et refuse l'idée de devoir y être acceptée. Comment pouvoir gérer la dernière tranche de vie des seniors qui ont travaillé toute leur vie, sans une politique publique et efficace des maisons de repos. Un service public de qualité est absolument nécessaire dans ce secteur. Bien merci et cordiales salutations.
Bonjour, Je rejoins Amina dans son commentaire, le lever des pensionnaires s'effectuent très tôt ainsi que le coucher, pour des " soins " très superficiels car il faut aller vite vu le nombre de pensionnaires en charge. Il n'y a pas d'approche sociale alors que c'est le souhait des aides soignantes, passer plus de temps avec les personnes âgées, prendre son temps. Malheureusement, ce temps est compté par les gestionnaires des maisons de repos. Les aides soignantes sont frustrées.
en effet ,,,,,je suis cuisinière ,,,,la maison de repos dans laquelle je travaillais (57 résidents) a du fermer grâce à la région wallonne!!!!!!!!,,,,je me suis retrouvée dans une maison de repos de 129 personnes ,,,,,,j'ai abandonné mon métier de cuisinière car le travail était trop lourd pour moi vu ma grandeur,,,,,matériel et travail trop lourd pour une personne seule ,,,,,me suis retrouvée aux déjeuners et vaisselle afin de continuer ma fin de carrière ,,,,,j'ai 59 ans et c'est très difficile pour moi de suivre les jeunes qui se battent pour finir un travail dans le temps apprécié par la direction,,,,,travail baclé évidemment car manque de temps,,,,,,

« Bon avec les blancs, mais mauvais pour les noirs ».

Alors que les conservateurs (cdH, CD&V, N-VA, Vlaams Belang et une partie des libéraux) ont recalé la proposition de loi sur l'avortement prévoyant l'allongement du délai légal, la réduction du délai de réflexion et la suppression de toutes les sanctions spécifiques, nous republions une interview réalisée à la fin de l'année dernière, lorsque cette proposition de loi était approuvée par la commission justice de la Chambre.

Pour la Commissaire flamande aux droits de l'enfant, quelque chose ne tourne pas rond : enfants et jeunes ont été les gran

La crise du transport aérien fait l’actualité depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

La Belgique a-t-elle « civilisé » le Congo ? C’est l’histoire que racontent les monuments publics en Belgique. La réalité est encore aujourd’hui peu connue et peu enseignée. Deux camps s’opposent : d’un côté, celui d’un roi, Léopold II, fasciné par les empires coloniaux et qui finira par faire du Congo sa propriété personnelle ; de l’autre, celui des Congolais et de leur résistance.

Cela fait 60 ans que le Congo a obtenu son indépendance. D'abord propriété de Léopold II, le Congo a été exploité pour enrichir quelques grands capitalistes belges ainsi que la famille royale. Impossible de comprendre l'importance du mouvement de décolonisation et les débats actuels sans se plonger dans l'histoire de ce gigantesque pays africain. Rencontre avec Lucas Catherine, écrivain et spécialiste de la colonisation.

L’épidémie de coronavirus chez Tönnies, le plus grand abattoir d’Europe, met en évidence les problèmes de la production locale de viande. Entretien avec Inge Höger, députée du parti de gauche Die Linke.

Le jeudi 18 juin, une proposition devait être votée au Parlement fédéral pour permettre aux travailleurs du secteur cultur

Lorsque les colons se sont intéressés au Congo, ils ont surtout été alléchés par les richesses à piller dans son sous-sol.