La deuxième Grande Parade, un large « courant d’alternatives »

Photo : Dieter Boone
Photo : Dieter Boone

Ajouter un commentaire

Commentaires

Tiens !!!! Pas un mot de cette grande parade à la télé et dans la presse... Il est vrai que notre gouvernement n'en a rien à foutre du petit peuple.... Ils vont même profiter d'ABDESLAM pour faire passer de nouvelles taxes pour combler leurs erreurs de calculs... Bien vite que cette législature se termine, on n'en peut plus....
Ce gouvernement profite de cette mouvance djihadistes pour faire voter des loi de répression et qui porte atteinte aux libertés individuelles du peuple belge . Les travailleurs ne sont aucunement écoutées avec ce couple MR NVA, ni même les petites entreprises ,PME Mais part contre ils s'agenouille devant les grandes multinationales et où il lui fait des cadeaux ! Certains parti qui ce dise de gauche ex en France veulent faire voter des loi qui fait retourner les travailleurs aux 19e siècles , cette fameuse "loi travail " qui donne le pouvoirs absolu aux patronat de prendre et de jeter les travailleurs à la porte !! ( à lire ) Il faut que cela change, nos dirigeants doivent faire passer l'être humain avant celui de l'argent !!

Evo Morales, l’actuel président de la Bolivie, a été contraint de démissionner ce dimanche 10 novembre suite à un coup d’État. Confronté à la violence dans les rues et à la mutinerie de la police, il a dû choisir entre la poursuite de l’escalade violente du conflit ou la démission. Mais quel est le véritable enjeu de ce coup d’État ?

Le gouvernement flamand de Jan Jambon a lancé une offensive contre la VRT, l'opérateur audiovisuel public (équivalent néerlandophone de la RTBF). Avec 44 millions d'euros de coupes budgétaires au total et une volonté de contrôle sur le contenu qui semble indiquer qu'il veut faire taire les voix critiques et utiliser le service public pour promouvoir l'idologie nationaliste. Les syndicats de la VRT organisent donc la résistance et appellent tous les défenseurs de la démocratie à rejoindre la lutte.

Alors que des soulèvements populaires traversent le continent latino-américain, des forces réactionnaires y sévissent aussi. Comme en Bolivie où c’est la droite et l’extrême droite qui sont à la tête d’un prétendu « mouvement populaire »... téléguidé par les États-Unis pour faire tomber le pouvoir progressiste. Mais le peuple, justement, n’entend pas se laisser voler le pouvoir par des pions de l’Oncle Sam. N’en déplaise à ce dernier, la gauche relève la tête sur tout le continent.

Quatre ans après les précédentes grandes protestations contre la politique d’un gouvernement corrompu, le peuple libanais est redescendu dans la rue. Cette fois, c’est une foule d’une ampleur sans précédent qui s’est rassemblée, dans l’unité, par-delà les divisions religieuses et politiques et avec la participation tant de la classe ouvrière que de la classe moyenne.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre et décembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Il aura fallu cinq ans à la star française du hip-hop Kery James pour parvenir à trouver un diffuseur pour son premier long-métrage, co-réalisé avec Leïla Sy. Le film, qui pose un regard politique sur la question des banlieues françaises, a finalement été produit par Netflix, où il est désormais disponible en streaming.

Une zone boisée de 30 hectares, classée « zone de grand intérêt biologique », transformée en zoning industriel à

Pour certains politiciens, le « modèle danois » en matière d’intégration est un exemple. Plusieurs mesures de l’accord de gouvernement flamand s’en inspirent. Il est promu par Theo Francken, le Vlaams Belang et séduit même certains socialistes au Nord du pays, à l'instar des sociaux-démocrates danois. Certains parlent aussi de ce modèle comme source d'inspiration pour un gouvernement entre la N-VA et les socialistes au fédéral. Il y a donc bien des raisons de passer le modèle danois à la loupe.

Il y a quelques semaines, alors qu'une crise sociale éclatait en Équateur, le président chilien de droite Sebastian Piñera

À l'occasion de la première exposition rétrospective du photographe Stephan Vanfleteren, nous republions ici une interview qu'il nous a accordée en 2007.