La grande révolution de l'hydrogène : comment une planification écologique peut sauver le climat

Photo istock.
Photo istock.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Si le grand capital et la haute finance(Grands et Gros Cons) n'ont pas encore compris qu'il aurait fallu agir il y a environ une dizaine d'années,maintenant il est déjà pratiquement trop tard,d'abord ce sont les plus faibles qui vont succomber,mais que l'on ne s'y m'éprenne pas les Nantis vont suivre et ce sera encore pire pour eux. Comme d'habitude c'est toujours la collectivité qui doit agir(l'Etat) pour sauver le principal;comme pour les banques et la crise financiaire de 2008 et on en paye toujours aujourd'hui les conséquences (de leurs Bêtises). Si maintenant ils contribueraient sérieusement à prendre en charge ce défi climatique qui en partie, ils en sont les principaux responsables en tant que gros pollueurs,ce ne serait que justice.
Les batteries pour les voitures électrique sont la pire des pollutions, http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-pollution-des-batteries-au-190131 Pour les voitures hydrogène , oui cela à l air plus intéressants, mais, j aimerais quand meme vous exprimer mon point de vue sur la question du G20 et de ces elites qui veulent imposer aux peuples la transition écologique en les regroupent comme des moutons dans les grandes villes alors que eux ...Il me font marrer transition à imposer uniquement aux peuples et aux pauvres , ils agressent le peuple , le taxe à tout va et le rend responsable de la pollution en l' appauvrissant toujours plus , lui imposant une transition écologique certainement souhaitable ...mais , de l'autre coté, ils soutiennent outrancièrement un capitalisme de libre échange mondialisé donc , ces elites sont des hypocrites , car il ne peut y avoir une RÉELLE transition écologique dans le monde de la marchandise , du capitalisme de libre échange mondialisé .Et des traités de libre échange qu ils signent à tout va , Le monde qu ils nous imposent en fait... Les plus gros pollueurs ne sont pas les braves gens qui ont besoin de leurs voitures pour aller travailler , alors que on ne leur propose actuellement aucune alternative réellement crédible non polluante et abordable pour se déplacer et aller travailler... La plus grosse pollution ce sont , les usines mondiales qui fabriquent toutes ces marchandises et sont transportées par , les cargos , les avions , les camions ... Et aussi les yachts de luxe des riches , et les gros bateaux de croisière , les voitures de courses , l' aviation et aussi l armée etc etc .etc.. ces élites se foutent du peuple , c est le cochon payeur , c 'est là ou ces élites méprisantes et arrogantes , qui elles , vivent grassement avec l argent du contribuable , vont puiser , en appauvrissant toujours plus les petites gens qui gagnent le moins , aux profits des gros des élites et des riches... Donc , taxer toujours plus les peuples , ces braves gens qui font tourner le système par leurs travails , en les appauvrissant toujours plus , avec la mention "écologie" les tenant pour responsables de la pollution , c' est de la pure hypocrisie doublé d'un total foutage de gueule . Quand d un autre coté , on refuse de voir la vraie réalité en face , à savoir , que c'est le Système capitaliste lui-même qui enrichit les gros , qui est la plus grosse cause de la pollution et du réchauffement climatique dans le monde entier , avec tous les exemples citées plus haut , et ne rien faire pour y remédier bien au contraire...sauf imposer des mesures et des taxes aux peuples....Pour qu il y ai un vrai changement ,c est la mondialisation capitaliste de libre échange , et tout ce que j ai décrit plus haut qu il faudrait changer, car ces elites qui se déplacent en avions pour aller au G20 , et se déplacer un peu partout me font bien marrées...La transition écologique d après eux oui ,mais pour le peuple et qu 'ils la payent ...
Bonjour Josette, vous avez raison sur la hypocrisie des G20 et les autres riches. Mais il se fait une révolution technologique lentement. Pour que ce soit plus vite, il nous faut mettre à coté les raisonnements de marché et de profit vite avant tout. Il nous faut une planification écologique et socialement portée. A travers la discussion pour une autre économie saine s'ouvre la porte sur la discussion pour un société socialiste.
Comment arrivez-vous à dire d'un côté qu'il faut " sauver le climat " à tout prix, ce qui au passage n'est pas réellement possible ( même si on arrête toute émission on ira probablement vers +1.5 ) et de l'autre avoir des positions anti-nucléaire, qui produit largement plus que n'importe quelle énergie renouvelable, qui est décarbonée, et pilotable. Moi je ne suis pas contre telle ou telle source d'énergie, il FAUT être pragmatique. Il est naïf de dire qu'il " suffit de le vouloir " dans un contexte aussi grave. Le GIEC prévoit une augmentation de la part du nucléaire dans nos mix energétiques.( Je lis correctement, non? => https://pbs.twimg.com/media/Do_F545X0AArKHF.jpg:large ) Ce n'est pas à des politiques ou à greenpeace ( qui ment sur le sujet => https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=xx55qcGdXOo ) de juger de la dangerosité ou de la faisabilité de n'importe quelle technologie. Nous n'avons pas le luxe de nous priver de ces sources d'énergies par dogmatisme. Vous pensez peut-être que l'impact écologique de la production de panneaux photovoltaique ou d'éolienne est nulle? Il s'agit d'écouter les expert dans ces domaines et de rester pragmatique. La grande majorité de notre consommation énergétique est fossile, le tout renouvelable implique un changement encore plus gigantesque ... Se passer des énergies fossiles est déjà loin d'être évident, alors se passer du nucléaire parce que ça fait bien je trouve ça irresponsable. La priorité est le CO2. ( => https://sciencepop.fr/2017/06/08/energie-climat-humanite-graphiques/ ) Une citation du rapport à l'intention des décideurs du GIEC : Though comparative risk assessment shows health risks are low per unit of electricity production, and land requirement is lower than that of other power sources, the political processes triggered by societal concerns depend on the country-specific means of managing th political debates around technological choices and their environmental impacts ). ( => http://report.ipcc.ch/sr15/pdf/sr15_chapter4.pdf ) Je suis à fond pour la plupart des choses que vous dites, et évidemment que les renouvelables ont leur place ! Mais face au " predicament " qu'est le changement climatique, je m'inquiète de voir des discours anti-nucléaire, mais je pense que le PTB a une réelle capacité de remise en question, enfin je l'espère. Je finis en disant que la première mesure écologique, c'est de consommer moins et ça implique surement plus de choses que je ne suis capable d'imaginer ... Je pense que votre 1er devoir en tant que politique c'est faire accepter ce changement, donner une vision positive de la sobriété et je suis convaincu que cela ne puisse se faire que dans une société solidaire.
Bonjour. Naturellement il est mieux de consommer moins d'énergie. Il nous faut une planification au dessus de tous les secteurs. Et cela doit être porté socialement. Puis il y a d'autres raisons de sécurité pour ne pas choisir pour le nucleaire. Puis le nucleaire n'est pas sens émissions de CO2. Il faut voire toute la chaine de vie à partir de l'extraction dans les mines et enrichement, qui consomme jusqu'à 60% ou plus de l'énergie produite dans les centrales. Le EROI, énergy return on investment, est tres pauvre pour le nucleaire. Des centrales à gaz modernes font mieux. Sauver le climat, cela coutera, mais ne le pas faire coutera plus. C'est la fàçon d'organisere les investissements avec des subsides d'argent publique à des firmes privés qui rend chère. Il faudra arrêter cette approche de marché et investir suivant une planification. l'état doit rester propriétaire si elle investit. (excuser mes fautes dans le français, je suis néerlandophone)
L’île Goeree-Overflakkee se veut climatiquement neutre ? De la poudre aux yeux ! D'où viennent les panneaux solaires qui vont couvrir l'île ? Produits localement ou dans des usines chinoises ou allemandes alimentées en électricité par des centrales au charbon ? Et le béton et l'acier nécessaires pour construire les installations de production d'hydrogène, d'où viennent-ils ? Y a-t-il une cimenterie ou une aciérie sur l'île ? C'est trop facile de délocaliser les activités polluantes pour présenter un bilan énergétique vert. Ne tombons pas dans le panneau !
La filière hydrogène est intéressante Mais il faut tenir compte des rendements de conversions. De plus il faut comprimer H2 pour pouvoir l’utiliser dans les véhicules. Il faudrait disposer d’une étude tenant compte depuis l’extraction du H2 depuis l’eau jusqu’à la compression et la recombinaison avec O2. Les rendements sont souvent pénalisant.
savons la planete oui d accord , nous avons tous se qu il nous faut pour le faire il s agis de vouloir regarder sous vos pied il a tous se qu il faut pour se chauffer , je parle pas du charbon trop mauvais , mais bien a la intérieur de la terre regarder les volcans quel chaleur peuve produire plus de 1000° meme en belgique il tous se se qu il faut pour chauffer tous le monde il des source d eau chaude , ha oui faut creuser ( forer) mais sa vaux la peine de y penser et d y réflechir un peut et d y vouloir surtout
Concernant l'éolien, oui mais pas à n'importe quel prix !... actuellement il ne sert qu'à enrichir des actionnaires au travers de certificats vert financé par la population !... Tout cela en détruisant nos campagnes sous prétexte écologique ! Un scandale! Par contre l'hydrogène est une énergie qui a déjà fait ses preuves et malheureusement sous-estimée en Belgique !
Tout à fait d'accord pour l'hydrogene. J'aimerais que vous n'oublierez pas les transports, les petits commerces de proximité (par exemple : favorisez la (re) installation des petites épiceries, etc) dans les zones éloignées des grandes villes pour ne plus avoir besoin de voiture. Facile de tout supprimer (les petites gares, les bureaux de poste, les hôpitaux, les médecins...et puis de dire qu'il faut supprimer la voiture alors que l'on ne peut pas s'en passer pour aller travailler, se faire soigner ou faire ses courses. C'est aberrant ! Merci de transmettre.
Et dire qu'une personne a fabriqué le moteur à eau !! pourquoi ne pas aller vers ce système, car à vous entendre, de l'eau on va en avoir beaucoup d'ici peu... je ne suis pas pessimiste et soutiens votre débat.
Je suis avec vous. Mais sur ce sujet, vous êtes à coté de la plaque et de toutes les études scientifiques le prouvent. Concernant le Danemark, vous vous trompez z https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_au_Danemark
Si simplement on introduisait une défiscalisation totale des produits écologiques des productions écologiques du placement financier dans l’écologie et des carburants écologiques, ceci aurait vite fait de créer un effet d’aubaine et d’opportunité vers ces produits vers cet investissement autant pour les entreprises que pour le consommateur et sans taxer plus qu’aujourd’hui les produits référencés polluant il est certain qu’il faudrait pas très longtemps pour effectuer la transition qui à mes yeux doit être une vue éthique de l’avenir pour nous tous et qui doit être abordée en conséquence sans aucune vision fiscale de la part de nos états On peu imaginer un système qui instaurerait des règles hyper strictes dans un cadre verrouillé permettant d’agir au seul et unique but de protection de l’environnement et de l’écologie, qui tournerait en autarcie paiement des marchandises des salaires ect mais exemptés de fiscalité quelconque, il est immoral aucu des enjeux que la fiscalité soit d’application sur le seul moyen qui permettra de maintenir notre vie sur terre dans des conditions normales Au delà je suis un fervent défenseur de la société hydrogène sachant que la technologie existe que sa mise en œuvre n’oblige pas à modifier notre environnement de fond en comble et est au surplus réaliste et in fine réalisable et tenable à long terme comparée à la société tout électrique que l’on veut nous imposer sans partage
Il est grand temps d'agir pour nos petits-enfants; que va-t-on leur laisser ? Une terre morte ? L'homme se tue et tue la planète. Je ne veux pas ça pour ma descendance. Construisons-leur un monde meilleur et sain. Je soutiens le PTB dans cette action.
oui faut agir pour nos petit enfant sa s et sur , mais faudrait déjà casser la vitre entre nous et les politique qui s en foute roiyalement du monde qui son occupe nous enfonce de plus en plus , faudrait leur faire comprendre a coup pied dans le cul qu il serait temps d agir et vite , au lieu de foutre des taxe prosumer sur les panneaux photovoltaique comme M J L cruche ( MR )a fait avec la cwape , IL ferait mieux de inciter les les gens a placer des panneaux au lieu de mettre des taxe partout , si chaque maison presque serait équipe , la on pourrait dire oui on fait un geste pour la planete , suivre l exemple des pays comme le danemark eux il on compris ,s et pas le cas de nos ministre de merde
En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.

Ce 21 janvier, une délégation des centrales syndicales de la CSC et de la FGTB se sont rendues au cabinet du ministre de l'Emploi pour y remettre une pétition contre les mesures sur les pensions.

La colère gronde dans les aéroports d'Allemagne.  Le 15 janvier, tous étaient en grève afin d'obtenir des négociation salariales pour les quelque 23 000 travailleurs. Le syndicat ver.di exige 20 euros de l'heures. Les agents de sécurité, en charge du contrôle des passagers, du fret et des bagages sont particulièrement mal payés. Nous publions ici l'article posté par le syndicat Ver.di sur son site internet.

Fin octobre, les travailleurs d’Aviapartner se sont mis en grève, juste avant le congé de Toussaint. Tous les médias en ont fait leur Une pendant des jours, mais n’ont que rarement évoqué le fond de l’affaire. Solidaire donne la parole à deux des syndicalistes à la base de cette grève : Jan Ceulemans, 53 ans, qui travaille depuis vingt ans au département cargo d’Aviapartner, et Kamal Afassi, 38 ans, du handling, le traitement des bagages. Tous deux sont délégués BTB/UBT, le syndicat du transport de la FGTB.