La lutte contre l’État islamique (EI) : pourquoi la guerre n’est pas la solution

Réagir à cet article ? Envoyez un mail à redaction@solidaire.org.

Des centaines d'organisations et personnalités progressistes du monde entier (dont Marc Botenga, député européen du PTB) signent un appel adressé au président américain Joe Biden pour qu'il mette fin aux sanctions et au blocus contre Cuba. Le voici.

« Lors de ma visite de la prison d’Anvers, le mois dernier, la dure réalité m’a sauté aux yeux : surpopulation, manque de personnel et manque général de respect de la part des politiques. Ce n’est pas tenable pour les gardiens ni pour les détenus. Les gardiens ont tiré la sonnette d'alarme à maintes reprises, mais il n’y a pas eu d'amélioration de la part des gouvernements successifs », explique Gaby Colebunders, député fédéral du PTB.

Cuba est en crise. La crise économique mondiale qui sévit depuis l'apparition du Covid-19 a touché l'île de plein fouet. Cette situation est principalement due au blocus illégal imposé par les États-Unis, qui prive Cuba d’échanges commerciaux normaux. Cela entraîne une pénurie de produits de base sur l'île. Et suscite un sentiment de désespoir chez les gens. Ainsi, des protestations éclatent çà et là. Les puissances occidentales les attisent dans l'espoir de mettre un terme à la révolution cubaine. Les Cubains n'ont pas besoin de ce genre d'ingérence, mais plutôt de solidarité internationale.

Entre ses détracteurs qui la présentent comme une apocalypse et ses défenseurs qui la considèrent comme une révolution technologique incontournable, il est très compliqué de se faire un avis nuancé sur la 5G. Compliqué mais pas impossible.

Les autorités allemandes viennent d’interdire au Parti communiste allemand (DKP) de participer aux élections fédérales du

En Hongrie, une nouvelle loi interdit de donner des informations sur les personnes LGBTQ+ aux jeunes de moins de dix-huit

« Personne ne sera en sécurité tant que tout le monde ne le sera pas. » Le Dr Tedros, directeur général de l'Org

Les protestations des travailleurs en Inde ont bénéficié de beaucoup de soutien et de solidarité. Les femmes ont également rejoint la lutte. Et elles ne se contentent pas de participer, elles sont souvent à la tête des manifestations. Mariam Dhawale de l’AIDWA nous explique pourquoi.

« C’est une lutte que chaque citoyen indien mène contre un gouvernement qui tente de fouler aux pieds tous nos droits. » Mariam Dhawale est la secrétaire générale de l’AIDWA, All India Democratic Women’s Association, qui compte 10 millions de membres. Elle est une actrice du plus grand mouvement social du moment, et même – si on prend le nombre de participants – de l’histoire... 

En 2050, il y aura plus de plastique dans la mer que de poissons, selon les prévisions de l’ONU.

Magazine