Le gouvernement veut des nouveaux avions capables de larguer des bombes nucléaires

Thema's
Défense

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Désolé de dire que la question de Marco Van Hees au ministre était bien naïve : c'est évidemment l'OTAN qui dicte ce que tous les gouvernements appartenant à l'UE doivent faire en matière de diplomatie et de défense et cela ne date pas d'hier, Monsieur Van Hees, précisément, depuis la fin de la 2e guerre mondiale : c'est mille fois documenté et sourcé. Cette vassalité es d'ailleurs inscrite en toutes lettres dans le Traité de Lisbonne pour ce qui concerne la politique de défense et de sécurité. Nous n'avons plus aucune souveraineté dans ces deux domaines vitaux et cette allégeance a évidemment des conséquences considérables sur les budgets qui devraient être disponibles pour ce qui concerne les affaires intérieures, notamment pour le renflouement de la Sécurité sociale. Je m'étonne que le PTB ne réclame pas avec force le retrait de la Belgique de l'OTAN. Cela me paraît impératif sous peine d'être dans l'obligation de participer encore et encore à des aventures guerrières qui font des milliers de morts et des dégâts incommensurables. Le PTB doit militer pour la sortie de la Belgique de l'OTAN. Pour ce qui me concerne, je ne prendrai pas ma carte au PTB tant que je ne verrai pas cette revendication dans son programme.
En cas de conflit grave le fait d'avoir une capacité nucléaire réduirait la belgique à une destruction compléte, un ci petit pays doit savoir rester sage et discret dans la cour des grands , discret comme la suisse. Il faut savoir que celui qui ne constitue pas une grave menace sera épargné, à bon entendeurs, salut. De plus ce sont des milliards qui seraient prélever sur le dos des contribuables.
C'est très sournois cette question de la capacité nucléaire : les avions belges sont censés pouvoir, sur ordre du président des USA, larguer sur la Russie les bombes nucléaires US stockées à Kleine Brogel. Notons qu'aucun belge ne peut approcher ces bombes sauf le pilote une fois que les techniciens US les ont montées sur son avion. Comme les USA refusent de communiquer les caractéristiques de leurs bombes à leurs alliés de l'OTAN, il est impossible de les monter sur des avions européens puisque les constructeurs européens ne savent pas ce qu'il faut installer sur leurs machines pour les emporter. Donc pour pouvoir disposer d'une "capacité nucléaire", la Belgique sera obligée d'acheter US. CQFD !
Sortie sans condition de L'OTAN !!! Rupture avec toutes les structures et instances supranationales !!!! Retour à notre souveraineté !!! Au PTB soyons conséquent !
avec 15 milliard d'euros ont pourrait éradiqué la pauvreté en belgique , mais nos dirigeants préfére faire la guerre !!!
Personnellement je n'accepte pas, surtout dans le contexte actuel d'austérité où l'on sacrifie même la santé, que nos impôts servent à financer des armes de destruction massive et des avions qui feront encore plus de victimes civiles, femmes enfants et vieillards! Soignons mieux notre population au lieu d'aller semer la mort et la guerre ailleurs dans le monde, cela je ne l'accepterai jamais et je serais très déçu que la majorité des belges soutienne cela sans rien dire.
Nos chers ministres préfèrent être des "VAS T'EN GUERRE " comme les Américains qui sèment la mort dans tous les pays où il y a des intérêts financiers ils engendrent la haine et la violence dans ce monde de fou .Nos chers "responsables" sont devenus "irresponsables"!!!! stops aux bêtises de nos dirigeants !!!!! Nous voulons vivre dans un monde de paix et ce n'est pas en s'armant de missiles nucléaires dicté par le dictat "OTAN" que la Belgique ira mieux au contraire , nous ne voulons pas que notre argent (les impôts ) servent à semer la mort dans d'autres pays !!!!!!
Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.