Le gouvernement veut des nouveaux avions capables de larguer des bombes nucléaires

Thema's
Défense

Ajouter un commentaire

Commentaires

Désolé de dire que la question de Marco Van Hees au ministre était bien naïve : c'est évidemment l'OTAN qui dicte ce que tous les gouvernements appartenant à l'UE doivent faire en matière de diplomatie et de défense et cela ne date pas d'hier, Monsieur Van Hees, précisément, depuis la fin de la 2e guerre mondiale : c'est mille fois documenté et sourcé. Cette vassalité es d'ailleurs inscrite en toutes lettres dans le Traité de Lisbonne pour ce qui concerne la politique de défense et de sécurité. Nous n'avons plus aucune souveraineté dans ces deux domaines vitaux et cette allégeance a évidemment des conséquences considérables sur les budgets qui devraient être disponibles pour ce qui concerne les affaires intérieures, notamment pour le renflouement de la Sécurité sociale. Je m'étonne que le PTB ne réclame pas avec force le retrait de la Belgique de l'OTAN. Cela me paraît impératif sous peine d'être dans l'obligation de participer encore et encore à des aventures guerrières qui font des milliers de morts et des dégâts incommensurables. Le PTB doit militer pour la sortie de la Belgique de l'OTAN. Pour ce qui me concerne, je ne prendrai pas ma carte au PTB tant que je ne verrai pas cette revendication dans son programme.
En cas de conflit grave le fait d'avoir une capacité nucléaire réduirait la belgique à une destruction compléte, un ci petit pays doit savoir rester sage et discret dans la cour des grands , discret comme la suisse. Il faut savoir que celui qui ne constitue pas une grave menace sera épargné, à bon entendeurs, salut. De plus ce sont des milliards qui seraient prélever sur le dos des contribuables.
C'est très sournois cette question de la capacité nucléaire : les avions belges sont censés pouvoir, sur ordre du président des USA, larguer sur la Russie les bombes nucléaires US stockées à Kleine Brogel. Notons qu'aucun belge ne peut approcher ces bombes sauf le pilote une fois que les techniciens US les ont montées sur son avion. Comme les USA refusent de communiquer les caractéristiques de leurs bombes à leurs alliés de l'OTAN, il est impossible de les monter sur des avions européens puisque les constructeurs européens ne savent pas ce qu'il faut installer sur leurs machines pour les emporter. Donc pour pouvoir disposer d'une "capacité nucléaire", la Belgique sera obligée d'acheter US. CQFD !
Sortie sans condition de L'OTAN !!! Rupture avec toutes les structures et instances supranationales !!!! Retour à notre souveraineté !!! Au PTB soyons conséquent !
avec 15 milliard d'euros ont pourrait éradiqué la pauvreté en belgique , mais nos dirigeants préfére faire la guerre !!!
Personnellement je n'accepte pas, surtout dans le contexte actuel d'austérité où l'on sacrifie même la santé, que nos impôts servent à financer des armes de destruction massive et des avions qui feront encore plus de victimes civiles, femmes enfants et vieillards! Soignons mieux notre population au lieu d'aller semer la mort et la guerre ailleurs dans le monde, cela je ne l'accepterai jamais et je serais très déçu que la majorité des belges soutienne cela sans rien dire.
Nos chers ministres préfèrent être des "VAS T'EN GUERRE " comme les Américains qui sèment la mort dans tous les pays où il y a des intérêts financiers ils engendrent la haine et la violence dans ce monde de fou .Nos chers "responsables" sont devenus "irresponsables"!!!! stops aux bêtises de nos dirigeants !!!!! Nous voulons vivre dans un monde de paix et ce n'est pas en s'armant de missiles nucléaires dicté par le dictat "OTAN" que la Belgique ira mieux au contraire , nous ne voulons pas que notre argent (les impôts ) servent à semer la mort dans d'autres pays !!!!!!

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.