Le Pen dégagée, le combat contre le banquier président Macron commence

Photo radiowood / Flickr
Photo radiowood / Flickr
Thema's
Elections

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Les français ont évité le FN et ont élu le cheval de Troye du PS et de la Finance bonjour les dégâts. Ils leur reste les législatives pour redresser le tir et faire contrepoids aux options libérales de Macron .Il n'y a pas lieu de pavoiser avec le pourcentage des électeurs qui ont adhérer à son programme . De cela il faut aussi décompter les adhésions de la peur venant de tous les horizons politiques (droite du PS , LR, ...... ) .
Effecivement,le combat continue face a ce président capitaliste. Soutenons Mélanchon et ses camarades pour défendre la classe moyenne française.
11 millions de Français se sentant trahis et piétinés, victimes d'un système qui les dépossède ont fait le choix de voter pour le Front National. Les électeurs de ce parti sont principalement des ouvriers et des citoyens de la ruralité. 1) Tous les tenants de l'idéologie de gauche nous y compris, doivent nourrir une réflexion profonde autour de ce phénomène: Pourquoi le monde ouvrier français ne vote plus à gauche ? Pourquoi il ne se reconnait pas dans le projet de Mélenchon ? j'aimerais pouvoir l'expliquer. 2) Une réflexion d'un autre ordre doit être menée: Comment un candidat sorti de l'ombre a pu être propulsé de manière aussi fulgurante au poste de Président ? La réponse est simple mais les médias se bornent à éluder la trivialité des faits: Le storytelling et le programme étaient déjà écrit, il ne manquait qu'aux tenants du système le bon candidat pour le porter. Ce candidat c'est Macron avec sa jeunesse et sa fraîcheur comme arguments massues ... Les tenants du système qui sont-ils ? Ce sont les politiciens institués de gauche et de droite (en situation d'échec) qui l'ont rallié, ce sont les représentants du grand patronat, "les médiacratres", les oligarques, les représentant du CAC 40, les vainqueurs de la mondialisation et "les européistes" . Macron, incarnerait le renouveau c'est surtout du bidon!!! Tout était là pour l'attester. 3) une question tenant à la psychologie des masses doit être posée : Comment les Français peuvent choisir un Président banquier coopté après avoir élu en 2012 un homme qui se présentait comme ennemi de la finance ...? Peut-être que les faits sont bien plus simples : Fillon était le véritable préposé au titre ... Si les affaires ne l'avait pas torpillé, il aurait été élu et ce mouvement "En marche" n'aurait été qu'une anecdote. Le temps nous donnera la pleine mesure d'une élection qui a tout d'un Hold-up ...
il et claire qu il vont payer un lourd tribu avec macron je plaint les français dans la galére qu il se sont mi , comme nous avec le MR s et une galére ( je dirait une plaie ce MR ) le suseur des pauvres pour donner aux riche et multinationale
Comme je l'ai déjà dit dans un autre poste, les français ont très mal votés au premier tour. A mon sens, Mélenchon devait faire partie du duo au second tour. C'est aberrent de devoir voter au deuxième tour pour un programme et une personne avec lesquels nous n'avons aucune affinité. Devoir voté Macron juste pour faire barrage au FN quelle tristesse !!!!! (attention, je ne dit pas qu'il ne fallait pas faire barrage au FN comprenons-nous bien)
Mr. Ducarme pense que : " Le PTB est complice de Marine Le Pen . Les masques tombent : le PTB voit peu d’intérêt à défendre la démocratie. ", ....etc. (article paru dans le journal "Le Soir le 25/04/2017). Si Monsieur Ducarme se trompe de partis, il faut bien lui reconnaître un certain don de claire voyance (relatif le don ; il s'est quand même trompé de partis). " Elio Di Rupo appelle les électeurs français « Amis Français, barrez Le Pen. Pour la France, l’Europe et pour nous, votez @EmmanuelMacron ! Nous pourrons ensuite débattre en toute liberté », a déclaré le président du PS sur son compte". (Le soir 5 mai 2017). Alors oui les masques tombes pour reprendre les mots de Mr. Ducarme, mais ce ne sont pas ceux du P.T.B mais bien ceux du P.S. (qui voudrait selon toute vraisemblance retenter l'expérience de l'orange bleue 10 ans après ; tu parles d'un fruit périmé).
Il ne faut pas oublier non plus qu'avant le premier tour, alors que Mélenchon montait dans les sondages, il a été attaqué de tous bords. C'était devenu lui l'homme à abattre, non plus le FN, cet épouvantail commode mais qui commence à montrer ses limites. Je suis bien certain que l'oligarchie et leurs amis editocrates ne sont pas près de l'oublier, et que leurs campagnes de dénigrement de la vraie gauche vont se poursuivre jusqu'aux législatives.
Avec macron c"est reparti pour 5 ans de hollande 2 , austérité puissance 3, il n'est pas fruit du hasard mais a été concu depuis 3 ans ou plus pour ce poste par les élites de l'ombre qui controle la finance et les banques. Son élection aura une répercution en belgique qui bientot va suivre le modéle macron 49/3 c'est a dire la perte des acquis sociaux , un à la fois , discretement mais surement, Les pigeons qui ont voté pour cela se mordrons les doigts dans un avenir proche. DITE MERCI A LA COMISSION EUROPEENNE QUI EST UNE DICTATURE MAIS QUI NE PORTE PAS CE NOM.
La Françe étant un pays démocratique, il faut accepter le résultat des élections. On peut ne pas être d'accord avec le choix qui a été fait pas les Français, mais c'est ainsi. Pourquoi commencer un article par LE COMBAT CONTRE LE BANQUIER PRÉSIDENT MACRON COMMENCE alors qu'il n'est même pas encore Président ? Et qu'il n'est plus banquier ? Il faut lui laisser sa chance et juger l'homme à ses actes (qu'il n'a pas encore accomplis en tant que Président).
Je n'aime pas la photo avec des autocollants sur les yeux de Macron et quelqu'un qui écrit sur son affiche. Cela vous plairait que quelqu'un fasse de même avec les affiches électorales du PTB ? J'estime qu'il faut avoir un peu de respect avec ses adversaires. Pourtant Raoul Hedebouw en a lors des débats auxquels il participe. C'est même une grande qualité chez lui.
Une chose est certaine : Macron ne sera pas le président des habitants des cités de banlieues, ni celui de la classe ouvrière ! Quand je vois les candidats qu'il propose pour les législatives, j'ai pour lui la même aversion que celle que j'ai éprouvée pour les tirades satiriques de Sarkozy au début de son mandat : il se moque des Français et plaisante ouvertement sur des sujets sérieux (une torera pour le sud de la France, c'est vraiment se moquer du monde). Gouverner le pays n'est pour lui non plus pas la priorité. Sa seule mission consiste à recrédibiliser la banque de France aux yeux de la famille Rothschild. Il est d'ailleurs intéressant à ce niveau de voir Junker faire part de son inquiétude au lieu de se réjouir de l'élection d'un libéral centriste ! D'autant que, dans son programme, Macron affiche sa volonté de vouloir s'engager dans la mise en place d'un "ministère" européen de la défense et, à défaut de proposer de vraies réformes sociales pour la France en initiant cette VIe République que tou(te)s appellent de leurs vœux et dont personne ne veut se charger (à part Mélenchon), propose une réforme de la Constitution européenne en matière de défense, ce qui signifie en clair qu'il compte monter au créneau pour en récupérer la paternité et la maîtrise. On se prépare à des jours "de gloire" en matière de gâchis !
Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.