Le tiers payant obligatoire ouvre le débat sur l'accessibilité des soins de première ligne

Photo Solidaire, Martine Raeymaekers
Photo Solidaire, Martine Raeymaekers

Ajouter un commentaire

Commentaires

C'est le prototype du droit "non-opposable", un droit qu'on vous donne, pour avoir bonne conscience, mais bonne chance pour le faire respecter et appliquer ... Un droit n'existe que s'il est opposable, évidemment ! Ne bisounoursons pas: le payement direct, c'est l'abus de faiblesse. C'est une chose de se faire payer par un patient dépendant, c'en est une autre de se faire payer par la mutuelle ! Qui se rappelle de la grève médicale de 1954, lors de la création de la CAAMI, pour lui interdire le tiers-payant ?
Et c'est facile, insultant, aussi, de présenter les médecins comme des "profiteurs de patients dépendants"... Et les médecins qui ne sont pas payés en garde, vous n'en parlez pas ? Bah non, ce sont des riches profiteurs, ce n'est pas grave... Opposer les médecins aux patients et vice-versa : si c'est ça le progrès vers la justice sociale, euh... Rien de compliqué, ceci dit, à se faire payer par la mutuelle. Quand elle le veut bien, ceci dit. Et en se mettant des intérêts en poche, grâce au délai. Et au prix de l'engagement d'un personnel qui pourrait servir à d'autres tâches. Bon, évidemment, vaut mieux faire un boulot pas très utile ni enrichissant que de venir gonfler les rangs du chômage, pourrait-on dire... Vieille politique.
Quand j'ai débuté ma pratique de médecin, il y a une trentaine d'années, le tiers-payant était autorisé pour tous les patients. Rien de nouveau là-dedans, donc. Puis, il a été supprimé. Pour éviter les abus. Et de fait, certains confrères ne se privaient pas pour revoir à l'envi certains patients à qui, en plus, le ticket modérateur n'était pas demandé. Jusqu'il y a environ vingt ans, les invalides de guerre (statut INIG) voyaient leurs consultations et visites entièrement gratuites, en donnant au médecin une sorte de chèque qu'ils pouvaient obtenir à l'envi. Certains réclamaient ma visite pour un ou ou pour un non. D'autres essaient de me faire plaisir (corrompre?) en me proposant deux chèques à chaque visite, avec un clin d'oeil complice. Excès de tiers-payant = autoroute vers les abus, la surconsommation. Comme le montre d'ailleurs les chiffres cités dans l'article, que j'interprète d'une manière bien différente de celle de l'auteur. La solidarité, oui. La porte ouverte aux abus et à la gabegie financière, non.

Quasiment un an après le coup d’État, le candidat du parti de l’ex-président Evo Morales remporte très largement l’élection présidentielle. Retour sur une victoire populaire.

La caisse d’assurance pension Integrale va peut-être être liquidée. Que se passe-t-il ?

Naïma Amakran est permanente SETCa. Carine Rosteleur est Secrétaire régionale de la CGSP. Ces deux travailleuses de la santé ont un avis bien précis sur ce qu’il faut faire pour résister à cette deuxième vague. La députée du PTB et médecin généraliste Sofie Merckx leur a posé la question.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?