Les 400 familles les plus riches éludent pour 2,1 milliards € d’impôt par an

Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)
Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

La création d'une cellule du fisc chargée de contrôler le 0,01 %. Le niveau astronomique de fraude de cette catégorie, présenté dans le présent dossier, justifie clairement une telle mesure, qui est d'ailleurs une recommandation de l'OCDE effectivement mise en œuvre dans plusieurs pays.
La justice, ce devrait être la même pour tous. Ce n'est pas normal que les plus riches puissent s'enrichir encore d'avantage sur le dos des plus démunis. Il faut de la transparence et un suivi très ciblé pour que les choses soient équitables
Nos gouvernants ne feront jamais ces contrôles puisqu ils sont à la solde des banques et des grosses fortunes de ce pays.
Le gouvernement actuel est un grand (pour ne pas dire gros) bébé. Moi aussi j'ai un bébé de 20 mois à la maison. Et quand l'envie lui prend de faire un caprice, je le dépose dans un coin en lui disant : "un caprice ? Sans moi. Ça ne m'intéresse pas. Je viendrai te rechercher quand tu seras calmé". Et il se calme tout seul. Je peux comprendre qu'il ne soit pas content. Que ça peut arriver que nous soyons en désaccord. Cela implique-t-il nécessairement que nous (ma compagne et moi même) devions accepter tous ces caprices ? Tant que les administrations continueront, non seulement à servirent ce grand bébé, mais en plus à lui céder tous ses caprices, des escroqueries de ce genre se reproduiront encore. Enfin ce n'est que mon avis.
Avez-vous déjà essayé de repeindre une chambre avec un tournevis cruciforme ? Pourquoi pas ? Parce que vous savez que ça ne va pas fonctionner. ---> Alors arrêtons d'être complice de leurs magouilles. Cessons pétitions et autres manifestations qui, de toute évidence, ne les affectent même plus. Et agissons. Faisons front commun, unissons nous pour dire NON une bonne fois pour toute à ces entourloupeurs. Si on continue abonder dans leur sens, forcément qu'ils continueront. Pourquoi s'en priveraient-ils ? Nous sommes complices quelque part.
C'est la puissance financière qui dirige, des lors les politiques sont soumis à cette force, aussi cette soumission leur permet d'avoir un morceau du gâteau. Bien sûr c'est plus subtil que cela mais c'est une vision partagé par la majorité des gens.
je parle pour les petits pensionnés qui ont travaillé toute leur vie et qui maintenant paient des taxes, des contributions et un précompte professionnel inadmissible ! on a du mal a terminer le mois avec 500€ les loyers sont trop chers, les pensions n 'augmentent pas et la vie devient de plus en plus chère !
et s et pas fini attender se que charlot ( dit bozzo le clown) vas sortir de son chapeau , voila faut trouver 8 milliards voila question que l on se pose , ou son parti l argent que l on nous a déjà pris ?????? bien sur monsieur le ministre ne vas pas répondre et vas se retranche dérièrre oui mais ceci cela , bien sur il aurais peur de venir sur le site du ptb il bien trop couyon de venir s expliquer , il a trop peur de se faire incendier se qui serait normale quoi , pour lui ma question et vous serait t il possible que vous alliez vivre 2 mois a la rue l hiver sous les ponts avec 200euro par mois ????? , attent sa réponce ????? MESSIEUR DU PTB VOUS POUVEZ LUI ENVOYER LA QUESTION A CE CHARLOT
Nous sommes tous égaux devant la loi malheureusement ce n'est pas le cas . La justice de classe se vérifie amplement.
pour çà on doit aller au gouvernement pas avec n importe qui les délégués font voter leurs troupesmais ils ne doivent pas etre déçus plus de faux socialistes des vrais de gauches ne me déçois pas raoul

Le journal français l'Humanité est menacé. Plus qu'un problème de pluralisme de la presse, la survie des médias de gauche est un enjeu de lutte de classes. C'est la voix des travailleurs qui est menacée. Reportage à la soirée de soutien à Paris.

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.