Les 400 familles les plus riches éludent pour 2,1 milliards € d’impôt par an

Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)
Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)

Ajouter un commentaire

Commentaires

La création d'une cellule du fisc chargée de contrôler le 0,01 %. Le niveau astronomique de fraude de cette catégorie, présenté dans le présent dossier, justifie clairement une telle mesure, qui est d'ailleurs une recommandation de l'OCDE effectivement mise en œuvre dans plusieurs pays.
La justice, ce devrait être la même pour tous. Ce n'est pas normal que les plus riches puissent s'enrichir encore d'avantage sur le dos des plus démunis. Il faut de la transparence et un suivi très ciblé pour que les choses soient équitables
Nos gouvernants ne feront jamais ces contrôles puisqu ils sont à la solde des banques et des grosses fortunes de ce pays.
Le gouvernement actuel est un grand (pour ne pas dire gros) bébé. Moi aussi j'ai un bébé de 20 mois à la maison. Et quand l'envie lui prend de faire un caprice, je le dépose dans un coin en lui disant : "un caprice ? Sans moi. Ça ne m'intéresse pas. Je viendrai te rechercher quand tu seras calmé". Et il se calme tout seul. Je peux comprendre qu'il ne soit pas content. Que ça peut arriver que nous soyons en désaccord. Cela implique-t-il nécessairement que nous (ma compagne et moi même) devions accepter tous ces caprices ? Tant que les administrations continueront, non seulement à servirent ce grand bébé, mais en plus à lui céder tous ses caprices, des escroqueries de ce genre se reproduiront encore. Enfin ce n'est que mon avis.
Avez-vous déjà essayé de repeindre une chambre avec un tournevis cruciforme ? Pourquoi pas ? Parce que vous savez que ça ne va pas fonctionner. ---> Alors arrêtons d'être complice de leurs magouilles. Cessons pétitions et autres manifestations qui, de toute évidence, ne les affectent même plus. Et agissons. Faisons front commun, unissons nous pour dire NON une bonne fois pour toute à ces entourloupeurs. Si on continue abonder dans leur sens, forcément qu'ils continueront. Pourquoi s'en priveraient-ils ? Nous sommes complices quelque part.
C'est la puissance financière qui dirige, des lors les politiques sont soumis à cette force, aussi cette soumission leur permet d'avoir un morceau du gâteau. Bien sûr c'est plus subtil que cela mais c'est une vision partagé par la majorité des gens.
je parle pour les petits pensionnés qui ont travaillé toute leur vie et qui maintenant paient des taxes, des contributions et un précompte professionnel inadmissible ! on a du mal a terminer le mois avec 500€ les loyers sont trop chers, les pensions n 'augmentent pas et la vie devient de plus en plus chère !
et s et pas fini attender se que charlot ( dit bozzo le clown) vas sortir de son chapeau , voila faut trouver 8 milliards voila question que l on se pose , ou son parti l argent que l on nous a déjà pris ?????? bien sur monsieur le ministre ne vas pas répondre et vas se retranche dérièrre oui mais ceci cela , bien sur il aurais peur de venir sur le site du ptb il bien trop couyon de venir s expliquer , il a trop peur de se faire incendier se qui serait normale quoi , pour lui ma question et vous serait t il possible que vous alliez vivre 2 mois a la rue l hiver sous les ponts avec 200euro par mois ????? , attent sa réponce ????? MESSIEUR DU PTB VOUS POUVEZ LUI ENVOYER LA QUESTION A CE CHARLOT
Nous sommes tous égaux devant la loi malheureusement ce n'est pas le cas . La justice de classe se vérifie amplement.
pour çà on doit aller au gouvernement pas avec n importe qui les délégués font voter leurs troupesmais ils ne doivent pas etre déçus plus de faux socialistes des vrais de gauches ne me déçois pas raoul

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.