Les 400 familles les plus riches éludent pour 2,1 milliards € d’impôt par an

Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)
Albert Frère (à gauche) est l'homme le plus riche de Belgique. Son holding possède plusieurs filiales dans les paradis fiscaux. (Photo Belga)

Ajouter un commentaire

Commentaires

La création d'une cellule du fisc chargée de contrôler le 0,01 %. Le niveau astronomique de fraude de cette catégorie, présenté dans le présent dossier, justifie clairement une telle mesure, qui est d'ailleurs une recommandation de l'OCDE effectivement mise en œuvre dans plusieurs pays.
La justice, ce devrait être la même pour tous. Ce n'est pas normal que les plus riches puissent s'enrichir encore d'avantage sur le dos des plus démunis. Il faut de la transparence et un suivi très ciblé pour que les choses soient équitables
Nos gouvernants ne feront jamais ces contrôles puisqu ils sont à la solde des banques et des grosses fortunes de ce pays.
Le gouvernement actuel est un grand (pour ne pas dire gros) bébé. Moi aussi j'ai un bébé de 20 mois à la maison. Et quand l'envie lui prend de faire un caprice, je le dépose dans un coin en lui disant : "un caprice ? Sans moi. Ça ne m'intéresse pas. Je viendrai te rechercher quand tu seras calmé". Et il se calme tout seul. Je peux comprendre qu'il ne soit pas content. Que ça peut arriver que nous soyons en désaccord. Cela implique-t-il nécessairement que nous (ma compagne et moi même) devions accepter tous ces caprices ? Tant que les administrations continueront, non seulement à servirent ce grand bébé, mais en plus à lui céder tous ses caprices, des escroqueries de ce genre se reproduiront encore. Enfin ce n'est que mon avis.
Avez-vous déjà essayé de repeindre une chambre avec un tournevis cruciforme ? Pourquoi pas ? Parce que vous savez que ça ne va pas fonctionner. ---> Alors arrêtons d'être complice de leurs magouilles. Cessons pétitions et autres manifestations qui, de toute évidence, ne les affectent même plus. Et agissons. Faisons front commun, unissons nous pour dire NON une bonne fois pour toute à ces entourloupeurs. Si on continue abonder dans leur sens, forcément qu'ils continueront. Pourquoi s'en priveraient-ils ? Nous sommes complices quelque part.
C'est la puissance financière qui dirige, des lors les politiques sont soumis à cette force, aussi cette soumission leur permet d'avoir un morceau du gâteau. Bien sûr c'est plus subtil que cela mais c'est une vision partagé par la majorité des gens.
je parle pour les petits pensionnés qui ont travaillé toute leur vie et qui maintenant paient des taxes, des contributions et un précompte professionnel inadmissible ! on a du mal a terminer le mois avec 500€ les loyers sont trop chers, les pensions n 'augmentent pas et la vie devient de plus en plus chère !
et s et pas fini attender se que charlot ( dit bozzo le clown) vas sortir de son chapeau , voila faut trouver 8 milliards voila question que l on se pose , ou son parti l argent que l on nous a déjà pris ?????? bien sur monsieur le ministre ne vas pas répondre et vas se retranche dérièrre oui mais ceci cela , bien sur il aurais peur de venir sur le site du ptb il bien trop couyon de venir s expliquer , il a trop peur de se faire incendier se qui serait normale quoi , pour lui ma question et vous serait t il possible que vous alliez vivre 2 mois a la rue l hiver sous les ponts avec 200euro par mois ????? , attent sa réponce ????? MESSIEUR DU PTB VOUS POUVEZ LUI ENVOYER LA QUESTION A CE CHARLOT
Nous sommes tous égaux devant la loi malheureusement ce n'est pas le cas . La justice de classe se vérifie amplement.
pour çà on doit aller au gouvernement pas avec n importe qui les délégués font voter leurs troupesmais ils ne doivent pas etre déçus plus de faux socialistes des vrais de gauches ne me déçois pas raoul

« Transformer la SNCB pour la rendre performante ».

Le 6 décembre, les ouvriers d'AB InBev ont remporté une victoire retentissante. La direction s'est pliée aux revendications pour la sécurité d'emploi, acquise jusque fin 2024. Le règlement vaut pour tous les travailleurs, ouvriers et employés.

Amis français, n’hésitez pas à regarder en Belgique : il y a deux ans, gouvernement et patronat ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs ont réussi à les faire reculer. Retour sur une victoire – et non pas une histoire – belge.

Chaque année, la coalition Stop the Killings, qui regroupe des syndicats et des ONG, organise une journée de mobilisation de solidarité internationale. Ce 10 décembre, l’objectif est de dénoncer les violences au Chili.

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.