Les aide-ménagères demandent une augmentation salariale (et le respect)

Image du film « Au bonheur des dames ? »
Image du film « Au bonheur des dames ? »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il est honteux , le gouvernement fédérale ,a difficile de se mettre sur pied ..... car les parties du nord qui ont des sous , veulent encore serré plus , SAUF POUR LEURS COPAINS MILLIONAIRES et les GRANDS INDUSTRIELLES , ainsi qu'a eux meme , pour cela ils cumulent plusieurs fonctions les pauvres n'ont jamais assez ...??? ils s'en non rien a foutre de ceux qui bosse a des petits salaires , D'après se que je sais il n'y a toujours pas d'accord dans les augmentation salarial , la FGTB veut plus que 1,1 % se qui est normal, mais d'autre organisation eux sont d'accord......???? NON il faut un salaire juste et correcteur pouvoir vivre et pas survivre ....???? Je signal , que beaucoup de guerre , sont a la base de petite augmentation salarial , pour le peuple , et les riches .....????? de plus en plus n 'aime pas cela .......????? donc tot ou tard , sa petera ......ou et quand ...... c'est la réponse a la question
Oui,je trouve que ce salaire avec leurs déplacements est indécent et tous profits à leurs patrons= esclaves
Bonjour, je m inscrit par ici car par fb ne fonctionne pas. A 28/11 j espere qu on sera bien nombruse! Zuzanna Brzezina
Je me tu avec le travail j ai des douleur dans le bras et je continue de travail
Je travaille comme repasseuse à mi temps j ai 58 ans mais pas facile pour un salaire de misère. Malheureusement, je ne pourrais être à vos côtés à Bxl pour militer car je bosse ...

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.

Mercredi, le Parlement européen se prononcera sur la nouvelle Commission européenne. Le député européen du PTB, Marc Botenga, appelle les eurodéputés belges à voter contre la nouvelle Commission. Une liste compilée par ses soins montre qu’au moins un tiers des futurs Eurocommissaires aurait des liens très étroits avec des grandes entreprises actives dans le secteur dont ils seront bientôt responsables.

La décision des États-Unis de ne plus considérer les colonies israéliennes en Cisjordanie comme illégales montre la continuité de la politique vis à vis de la Palestine sous le gouvernement Trump. Le PTB condamne cette nouvelle preuve du mépris des États-Unis pour le droit international et a déposé une résolution pour que la Belgique sanctionne la politique coloniale d’Israël.

Vingt personnes sont mortes depuis la démission d’Evo Morales. Jeanine Añez, qui s’est proclamée chef d’État, invite l’armée à réprimer.

Début octobre, le Chili a vu apparaître un grand mouvement de protestation déclenché par l'augmentation des prix des transports publics dans la capitale Santiago. Le 28 octobre, les autorités ont dû s'incliner devant l'ampleur des manifestations et ont annulé cette augmentation. Mais ce n'est pas la seule conséquence du mouvement.