« Les médicaments ne sont pas un luxe, Madame De Block »

Ajouter un commentaire

Commentaires

C'est vrais que + de milles personnes qui n'ont plus accès à leurs balcons c'est moins racoleur que BPOS qui triche , ce n'est pas un "strik " PS: je suis gentil je m 'arrête là pas d’accord OK
Je me demande si elle a lu tous ces messages car est une pierre qu'elle a à la place d'un cœur . Et si est le cas , je souhaite de tout cœur qu'elle revienne sur sa décision et de penser aux gens pauvres qui ont besoin de se soigner.
Je ne comprends pas du tout que l'on laisse les plus démunis dans des situations aussi pénibles que l'absence de soins de santé dont ils ont grand besoin ! Car à ce tarif-là, ils ne peuvent se faire soigner. Tout de même, la santé, c'est bien le principal ! La Belgique où se trouve la capitale européenne ferait-elle moins bien que les pays voisins, comme les Pays-Bas ? C'est indigne de la part de Madame De Block, une honte ! Lui reste-t-il un soupçon d'empathie ? Pourrait-elle essayer de se mettre un peu à la place de gens qui n'ont pas les même revenus qu'elle qui est payée tout de même par nos impôts !? De quoi se révolter !!!

Chaque jour, l’actualité montre à quel point la gestion de la crise du coronavirus par le souverain Donald Trump et sa cou

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

« Tous les soirs à huit heures, j'applaudirai aussi pour toi » - In memoriam Dirk Van Duppen.

Le 30 mars 2020, l'Inde comptait 1 251 de contaminations confirmées du coronavirus.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Le virus COVID-19 virus se répand à la vitesse de l’éclair et touche également Gaza et les territoires palestiniens.

Les accueils des maisons médicales sont très sollicités en cette période de crise sanitaire.

Deuxième contribution de la médecin urgentiste Nathalie Eggermont. Un service de nuit aux urgences. On n’a aucune certitude, sur la façon dont la crise va évoluer. On continue à se battre. Et on relâche un peu la pression, avec les collègues. On râle ensemble sur la pénurie de matériel, et les choix politiques consternants.