Les trains-couchettes bon marché peuvent sauver le climat

 En Europe occidentale, l'Autriche fait figure d'exception : des trains de nuit y ont été récemment réintroduits, alors que partout ailleurs ils ont été supprimés. (Photo Jan Roider/Flickr)
En Europe occidentale, l'Autriche fait figure d'exception : des trains de nuit y ont été récemment réintroduits, alors que partout ailleurs ils ont été supprimés. (Photo Jan Roider/Flickr)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Pendant 12 ans, j'ai été steward à la Compagnie des Wagons-Lits. Je connais bien le sujet. Il y avait les trains auto-couchettes. Les cliens arrivaient à la gare de Schaerbeek et leur voiture était montée sur le train. Ils s'installaient dans leur compartiment couchette ou voiture-lit selon leurs moyens et ils pouvaient aller manger au wagon-restaurant. Le matin, ils avaient droit à un petit déjeuner avec du pain frais et des croissants livrés à l'aube. Si leur destination était trop matinale, ils prenaient le petit déjeuner au buffet de la gare pendant que leur voiture était déchargée. Pas de consommation d'essence, pas de péage, pas de bouchons ni de risque de panne, une nuit d'hôtel sans stress comprise dans le prix. Je ne comprends pas pourquoi ça a été abandonné. C'était l'idéal pour le climat.

Partout dans l’Union européenne, les gouvernements nationaux attaquent les systèmes les plus solidaires de pension. Une attaque coordonnée depuis les institutions européennes. Petit tour en Espagne, France et Allemagne.

Manuela Cadelli est juge à Namur et administratrice de l’Association syndicale des magistrats. Il y a quelques mois, elle est venue à ManiFiesta pour parler de son livre « Radicaliser la Justice ». Une venue qui a marqué l’auditoire, dans lequel se trouvait Morgane De Meur, juriste.

Le cordon sanitaire contre les néonationalistes (AfD) a sauté à Erfurt. Soutenu par la CDU, un dirigeant libéral, Thomas Kemmerich, évince par la grâce de l’AfD le ministre-président de gauche avant d’être contraint à la démission.

En raison d'un problème informatique, le caucus démocrate dans l'état américain de l'Iowa s'est terminé en fiasco.

« La culture est la première chose qu’il faut sauver », a déclaré Fidel Castro lorsque Cuba subissait une grave crise économique au début des années 1990. Si l’île socialiste est réputée pour ses soins de santé et son système d’éducation, un aspect moins connu est sa politique culturelle. Rencontre avec Abel Prieto, ancien ministre de la Culture à Cuba.

Le renforcement de notre sécurité sociale était l’objet de la manifestation organisée par la FGTB ce mardi 28 novembre à Bruxelles. Manifestation qui a rassemblé 20 000 personnes. Pourquoi défendre, et renforcer, la « Sécu » ? Solidaire a posé la question aux participants.

Il y a 75 ans, le camp d’Auschwitz est libéré par l’Armée rouge. Retour sur le 27 janvier 1945, et ce que les soldats soviétiques découvrent avec horreur.

« Beaucoup de femmes vivent des relations insatisfaisantes. Et si elles ne peuvent pas quitter leur partenaire parce qu’elles en ont besoin pour boucler leurs fins de mois, c’est une situation qui n’est agréable pour personne. » Dans son dernier ouvrage, Why Women Have Better Sex Under Socialism, Kristen Ghodsee explique les acquis sociaux dont bénéficiaient les femmes des pays socialistes d’Europe de l’Est : de l’égalité sur le marché du travail aux crèches gratuites, en passant par des campagnes publiques encourageant les hommes à participer aux travaux ménagers.

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.