Libye : un retour de l’esclavage provoqué par les politiques européennes

Le reportage où on peut voir le retour de l'esclavage en Libye, diffusé le 14 novembre dernier par CNN, a fait du bruit... (Capture d'écran CNN)
Le reportage où on peut voir le retour de l'esclavage en Libye, diffusé le 14 novembre dernier par CNN, a fait du bruit... (Capture d'écran CNN)

Ajouter un commentaire

Commentaires

frere et soeur l afrique a tant soufer de ces pratique encestrales qui ont marqué lhistoire de lhumanité bien vraie elle qu etant abolie nous y voila encors de retour ou et par qui ??? LA MAIN mise du monde occidental et celle arabe inconscients de la valeur de letre humain se permettent de faire des accords allant dans le sens de reduire les jeunes africains en esclaves ....hoo!!!! les larmes aux yeux!!!!!!!!! pensez y
Un camarade du 54 m'a adressé récemment des informations transmises par la commission internationale de Solidaires sur la coordination (alors en voie de construction) contre l'esclavage en Libye. J'ai transmis ces informations à un de mes amis touareg qui vit à Ghât (au sud de la Libye sur la frontière avec l'Algérie). Voici ses commentaires en précisant que mon contact est prêt à coopérer et transmettre des informations à ce sujet : - l’esclavage existait déjà du temps de Kadhafi et même avant : séquestrations, sexualité, prostitution, demandes de rançons (je crois que ça existait aussi bien avant puisque ce sont des membres de tribus noires d’Afrique de l’ouest qui fournissaient des noirs aux marchands d’esclaves blancs pour les emmener aux Antilles ou en Amérique), - l’Europe aurait du réagir sur ces pratiques avant, lorsqu’il "y avait encore un semblant d’Etat” pour entendre les problèmes et pour réagir, - mon contact condamne l’attitude des présidents africains qui n’ont jamais réagi pour connaître le sort de leurs compatriotes qui, "depuis des milliers d’années", sont engloutis par la Méditerranée sans que personne puisse réagir. Il parle de plus de 700 morts en une seule journée en 2013 ou 2014 (?). - pour arrêter la migration vers la Libye, il faut des solutions sur le terrain, notamment au niveau de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Cet organisme donne une entière liberté de circulation aux personnes entre tous ces Etats. Des migrants en grand nombre peuvent dès lors accéder librement jusqu'au Niger. A partir de là il est très facile de passer en Libye, surtout avec les "4x4 japonais". - en plus, des ressortissants italiens traitent de plus en plus directement avec les ethnies sans passer par le gouvernement central pour arrêter l’immigration. Je me demande pourquoi se mettre en contact par exemple avec les toubous ou les touaregs pour arrêter les migrations alors que ce sont eux les vrais trafiquants au Niger, au Tchad, au Soudan … Ils connaissent tout le désert et tu leur confies le soin d’arrêter l’immigration. En ce moment en Libye, il y a 3 gouvernements. Aucun ne contrôle quoi que ce soit et ce sont les milices qui ont le pouvoir. A l’est il y avait le général Hafter. Le monde ne veut plus de militaire pour diriger le pays mais moi je sais qu’en Libye il faut qu’un militaire soit président pour que les gens puissent avancer. Sinon c’est impossible. Pour la démocratie, il faut encore plus de 200 ans pour que la mentalité des gens change en Libye (je désapprouve ce discours mais je l’entends aussi très régulièrement en Algérie et au Maroc). - depuis 2011 et même avant, depuis 40 ans la Libye n’a jamais été un pays où on respecte les droits de l’homme. Avant le printemps arabe en Libye, ces pratiques existaient bel et bien. - la grande partie de ces délits revient aux migrants qui sont arrivés avant les autres puisque ce sont eux qui connaissent les voies et moyens que suivent leurs frères, qui ont les garages de séquestration, qui vendent leurs soeurs, … S’il y a des libyens qui font aujourd’hui ces conneries, c’est grâce aux anciens immigrés. Il y a un grand réseau qui commence au coeur même de l’Afrique jusqu’aux coptes et même jusqu’en Italie. La Libye, comme le Niger, sont des pays de transit. Ils sont victimes de cette immigration. Ces derniers temps je ne suis pas allé sur la cote (au nord) mais selon ce que je vois, je condamne les immigrés eux-mêmes. C’est vrai qu’en Libye tout a changé. Il y a des millions d’armes qui circulent, tous les anciens criminels du temps de Kadhafi sont hors des prisons, font la loi dans le pays et font tout pour s’enrichir. - Mon contact m’a envoyé aussi un message et une photo (dont l’auteur n’est pas défini mais il a un accent d’Afrique noire) qui montrent un ivoirien de Bouaké, de la tribu des Coxé, nommé Moussa Camara, qui vend des gens pour 200 € par personne à des libyens en Lybie. "Il y a plein de gens qui sont en prison chez lui ici. Moi-même j’ai été en prison chez lui mais je me suis échappé et j’ai fui. Il demande de l’argent aux gens et leur dit je vais vous envoyer en Italie, puis il vous met en prison. Il a enfermé plein de gens, des ivoiriens, des maliens, des guinéens. Actuellement sa femme vit en Italie. Sa maman s’appelle Achita Couni. Il faut le dénoncer. Il a fui avec l’argent des gens, des millions … Il prend l’argent aux parents et met les enfants en prison. S’il vous plait, partagez cette photo, que le monde puisse voir le travail qu’il fait en Libye ici”.

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.

Elles sont travailleuses domestiques. Elles travaillent en Belgique depuis plus de 10 ans mais n’ont pas de papiers. Il y a quelques mois est née la Ligue des Travailleuses Domestiques, un collectif lancé par la CSC afin que ces travailleuses s’organisent pour défendre leurs droits. Solidaire est allé à leur rencontre.

Pour Ivo Janssen, il est incompréhensible que le gouvernement arrose les grandes entreprises industrielles de gros subsides alors que les petites entreprises ne reçoivent aucun soutien financier et que le travailleur est accablé de taxes supplémentaires. Il faut prendre des mesures drastiques pour contraindre les grands industriels à rendre leurs procédés de production neutres en CO2.