Licencié une semaine avant son CDI : le témoignage de Seppe qui fait le buzz

Seppe de Meulder : "Ce sont les salariés qui créent la richesse, pas les actionnaires qui la gâchent avec leur logique de profit".
Seppe de Meulder : "Ce sont les salariés qui créent la richesse, pas les actionnaires qui la gâchent avec leur logique de profit".

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ce sont des lois faites pour les entreprises afin de profiter des bonus a l'emploi ( pour faire croire a la création d'emplois par nos chers gouvernants payer a prix d'or ) cela en plaçant une carotte devant le museau de l'ouvrier, afin d'en exploiter le maximum lui faisant croire a une stabilité par la suite, mais qui ne sera en fait que le licenciement, et embaucher à nouveau, et primes, etc etc etc, job job job, et nous populace paie paie paie !
Je suis flexible
J'aimerai lire vos articles qui sont intéressants
Même combat... 2ans et demi intérimaire dans la même boite non-stop à temps plein, hormis les jours de vacances imposés... 1 mois après m'avoir promis signature de contrat bye bye...Bizarrement tout était clean pour les lois sociales, pas d'obligation d'engagement, rien...Merci pour le service rendu, aurevoir et place au suivant...
Un beau témoignage que le vôtre. Combien sommes nous dans votre cas. L'intérimaire comme on dit ! Presque une étiquette apposé sur notre front avec un seul sens: précarité. Quand ce pays se réveillera t'il ? Quand mettrons nous la valeur travail, le mérite et l'engagement au dessus du profit. Victime comme vous du système, je ne baisse plus les bras. Je me bat car cette crise aura peut-être le mérite de remettre l'humain en avant. Insurgeons nous contre la mondialisation qui engendre le profit et favorise l'exploitation des masses. Levez-vous citoyens du monde. Courage pour la suite.
Tous des voleurs usine , entreprise et les agence complice avec eux on est des esclaves pas des intérimaires j'ai fait 3 ans chez PSA Mulhouse conditions de travail priver des week-ends des jours fériés En plus des heures supplémentaires à répétitions dans des postes les plus dures que les embauchés refusent . Pas droit aux congés la paie que de la merde chaque mois ya un manque les RU toujours côté de leurs embauchés leurs privilégiés comme ils on dit , plusieurs intérimaires on eux des promesse d'embauches a la fin tous virés sans explication . Moi je dit il faut revoir tout question contrat la paie taux horaires droits aux congés les heures de travail tout.
bonjour je m appelle daisy jes 34 ans et a l annonce d etre malade es mis en isolement le 17 mars mon employeur ma licenciée aujourdhuit jes pris un avocat car je n es pas demandée a etre malade du covid19
c'est bien de le dire mais concrètement, qu'est-ce qu'on fait? il y a un magasin près de chez moi. Face à de tels comportements, j'appelle au boycott sur facebook, quoi faire d'autre? j'attends vos suggestions.
Moi chez Intermarché , base de villers le bouillet, Après 7mois d interim et 4 cdd de 6 mois on m’a mis au chômage une semaine pour que je perde tout mes droits et me reprendre de nouveau comme intérimaire
Je suis syndicaliste et scandalisé par une entreprise qui ne respecte pas son personnel et cela demande une réaction D'abord un arrêt de travail si cela est possible dans les supermarchés ou à l'usine D'autre part je vais interpeller la direction et je compte le faire aussi dans un magasin de Braine l'Alleud pour secouer les consciences et vopir aussi ce que les syndicats pensent de cela

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons et nous pouvons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.