Liquider l’inspection sociale : l’invitation à la fraude et au dumping social

 

Ajouter un commentaire

Commentaires

C'est pour qu'ils (les charles, didiers, ...) puissent aussi engager des travailleurs sous payé pour leurs maisons, appartements, etc. En même temps, nos ouvriers en bâtiment fraichement diplômé devront se sacrifier s'ils veulent travailler. Et comme se sera un nouveau barème salarial d'ici quelques années, les futurs travailleurs seront directement payé à se barème. Capito raoulito.
et attendez vous avez pas encore tous vus , gare aux 10 milliard d économie pour 2017 et s et sur tous la donc pas sorti d l auberge on sera encore plus pauvre , SVP NE VOTER PLUS JAMAIS MR PLUS JAMAIS
L'Europe du business a été construite avant l’Europe sociale. Dans le secteur du transport routier, c'est une hécatombe pour les chauffeurs belges. Les montages de société à l'étranger et plus particulièrement dans les (ex) pays de l'est sont nombreux. A l'entrée de certains bâtiments il n'est pas rare de trouver dix, vingt boîtes aux lettres, cela en dit long. Ces sociétés sont souvent en pleine ville donc pas de possibilité de parquer des camions. Les chauffeurs belges qui faisaient de l'international ne font plus que " le tour de l'église ", ils n'ont presque plus de travail et beaucoup de chômage économique pendant que les chauffeurs engagés par une même société mais venant de ces pays (ex est) ont du travail. Evidemment, les salaires et les lois sociales sont différents. Il n'y a pas que dans le secteur du transport. Chez BASF à Anvers, ce sont des polonais qui exécutent les travaux de tondes et d'entretient des espaces verts. Dans la construction, ce n'est pas triste non plus. Je n'en veut pas à ces " étrangers " j'en veut à l'Europe et à la politique ( si l'on peut appeler ça de la politique ) en vigueur chez nous. Comment peut-on faire tout à l'envers ? Où veulent-ils en venir ? Ils sont occupés à détricoter les institutions, pourquoi ? Agir comme cela, c'est ouvrir la porte toute grande à toutes ces inégalités, c'est encourager toutes ces sociétés à la fraude sociale et fiscale. Les recettes seront moindres et ils vont encore frapper sur les mêmes clous, travailleurs, chômeurs, malades etc....
Messieurs les hommes grands, vous n'êtes vraiment sur terre que pour traquer les pauvres et les mettre en terre. Il vous est plus facile d'éradiquer votr' peuple plutôt que lui donner pour pouvoir se nourrir. Il vous est plus facile d'accepter les arrivants qui viennent travailler à notre détriment. Messieurs les hommes grands, vous êtes vraiment sur terre pour traquer les habitants tout en les dépouillant. Messieurs les hommes grands, continuez à faire, du pays de vos enfants, le chaos et la misère. Alors, messieurs les hommes grands, tout ce qu'il vous restera à faire, lorsqu'il se réveilleront et iront sur vos terres, c'est de foutre le camp, car grande sera leur colère.
Aucun poste n'est prévu pour nous à l'ONEm, très peu au CLS et l'INAMI-INASTI, le plus grand nombre des agents est prévu pour l'ONSS. Le HIC est que nous ne POUVONS PAS travailler sous la tutelle d'un comité de gestion paritaire. Il faudra introduire des recours devant le Conseil d'Etat. Un inspecteur social à Liège.
Nous allons vers un "royaume bananier" à la vitesse de la lumière . Moins de policiers, moins d'inspecteurs , moins de contrôleurs c'est leur "crédo" . N'est-ce pas ce qu'il faut à la "pègre" pour agir à sa guise ,et s'infiltrer comme des métastases dans les hautes sphères politiques dirigeantes du pays, pour y faire voter des lois léonines . Pour conclure : moins de fonctionnaires ,moins de magistrats, moins d'enseignants , "TOUJOURS MOINS" c'est leur devise à ces pleutres. Résultat : TOUJOURS PLUS de délinquance de tout types et déliquescence du rôle de l'état
Encore une mesure pour les Nantis.Si le peuple fraude c'est parce qu'il essaye de s'en sortir. Avec ce gouvernement, nous sommes davantage en train de subir la dictature capitaliste. Mais quand allons-nous immobiliser le pays un mois ou deux mois si il le faut pour mettre ce gouvernement à genou.
Nous commençons à payer les abus ( absence maladie , glandeur et par dessus le marché ... profiteur ) Nous devosn réagir et montrer du doigt les inégalités dans le secteur du travail ... Non à la fraude , mais les requins ne se magent pas entre eux !!!! Y EN A MARRE de payer pour les autres
oui comme vous dite immobiliser le pays un ou deux moi , seulement il en aura toujours qui vont mettre des battons dans les roue , ou du style les gréviste fond chier ou autre il a des gens qui comprenne pas , mais le jour qui seront dans la merde( excuser de l expression) il seront bien content pour ce qu on fait , autre chose le probleme se son les huissier ( = voleur ) qui eux vont se faire une joies de mettre des astreinte on a déjà vu avec les routier et gardien de prison et de faire sauter les gréviste ou autre donc il faut un moyen de pression plus fort et qui fait mal au gouvernement mais faut pas céder alors au pression des huissier et force de l ordre car si sa continue comme sa dans 2 ans on aura plus rien ,plus soins sante , plus de chomage , plus cpas , et pourrons aller voir sur votre compte se qui et déjà le cas donc messieur il et temps d agir et vite

Evo Morales, l’actuel président de la Bolivie, a été contraint de démissionner ce dimanche 10 novembre suite à un coup d’État. Confronté à la violence dans les rues et à la mutinerie de la police, il a dû choisir entre la poursuite de l’escalade violente du conflit ou la démission. Mais quel est le véritable enjeu de ce coup d’État ?

Le gouvernement flamand de Jan Jambon a lancé une offensive contre la VRT, l'opérateur audiovisuel public (équivalent néerlandophone de la RTBF). Avec 44 millions d'euros de coupes budgétaires au total et une volonté de contrôle sur le contenu qui semble indiquer qu'il veut faire taire les voix critiques et utiliser le service public pour promouvoir l'idologie nationaliste. Les syndicats de la VRT organisent donc la résistance et appellent tous les défenseurs de la démocratie à rejoindre la lutte.

Alors que des soulèvements populaires traversent le continent latino-américain, des forces réactionnaires y sévissent aussi. Comme en Bolivie où c’est la droite et l’extrême droite qui sont à la tête d’un prétendu « mouvement populaire »... téléguidé par les États-Unis pour faire tomber le pouvoir progressiste. Mais le peuple, justement, n’entend pas se laisser voler le pouvoir par des pions de l’Oncle Sam. N’en déplaise à ce dernier, la gauche relève la tête sur tout le continent.

Quatre ans après les précédentes grandes protestations contre la politique d’un gouvernement corrompu, le peuple libanais est redescendu dans la rue. Cette fois, c’est une foule d’une ampleur sans précédent qui s’est rassemblée, dans l’unité, par-delà les divisions religieuses et politiques et avec la participation tant de la classe ouvrière que de la classe moyenne.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre et décembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Il aura fallu cinq ans à la star française du hip-hop Kery James pour parvenir à trouver un diffuseur pour son premier long-métrage, co-réalisé avec Leïla Sy. Le film, qui pose un regard politique sur la question des banlieues françaises, a finalement été produit par Netflix, où il est désormais disponible en streaming.

Une zone boisée de 30 hectares, classée « zone de grand intérêt biologique », transformée en zoning industriel à

Pour certains politiciens, le « modèle danois » en matière d’intégration est un exemple. Plusieurs mesures de l’accord de gouvernement flamand s’en inspirent. Il est promu par Theo Francken, le Vlaams Belang et séduit même certains socialistes au Nord du pays, à l'instar des sociaux-démocrates danois. Certains parlent aussi de ce modèle comme source d'inspiration pour un gouvernement entre la N-VA et les socialistes au fédéral. Il y a donc bien des raisons de passer le modèle danois à la loupe.

Il y a quelques semaines, alors qu'une crise sociale éclatait en Équateur, le président chilien de droite Sebastian Piñera

À l'occasion de la première exposition rétrospective du photographe Stephan Vanfleteren, nous republions ici une interview qu'il nous a accordée en 2007.