Manifestations au Maroc : « Nous avons deux mers et du phosphate, mais nous vivons dans la misère »

Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)
Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je lis dans votre échange de presse, que vous nous indiquer que partout dans le Maroc il y a des protestations qui s'unissent par les même slogans ou et objectifs. Je peux vous dire que ni a Marrakech, ni a Agadir, Ni a Tiznit, ou dans le Souss Massa Dra, nous voyons des manifestations de soutient au RIF du Nord. J'aurai bien aimer que cela se fasse, que cela se passe, de façon a avoir une seule et même force unificatrice de tout les marocains. Mais voila, de part sa nature le marocain est individualiste, se souciant peux de l'autre, il faudra encore des décennies pour que les citoyens comprennent que c'est ensemble, d'une même voix, d'une même force, qu'ils aboutiront aux objectifs de progrès pour leur bien être et ceux de leur familles.
Je fais le lien avec le mouvement flamand en Belgique. A BXL, comme en Wallonie, on dit "C'est tôdi les p'tits qu'on spôtche", ce qui signifie "C'est toujours les petits que l'on écrase". Or je sais, après avoir rencontré des sans-abri heureux, à BXL, qu'avant de mourir, les petits se lèvent, ce qui les grandit, eux, mais aussi l'humanité.

Chaque année, la coalition Stop the Killings, qui regroupe des syndicats et des ONG, organise une journée de mobilisation de solidarité internationale. Ce 10 décembre, l’objectif est de dénoncer les violences au Chili.

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.

Mercredi, le Parlement européen se prononcera sur la nouvelle Commission européenne. Le député européen du PTB, Marc Botenga, appelle les eurodéputés belges à voter contre la nouvelle Commission. Une liste compilée par ses soins montre qu’au moins un tiers des futurs Eurocommissaires aurait des liens très étroits avec des grandes entreprises actives dans le secteur dont ils seront bientôt responsables.

Le secteur des titres-services représente 140 000 aide-ménagères qui aident plus d’un million de foyers chaque jour. Le front commun syndical organise une grève le 28 novembre. Outre une augmentation salariale de 1,1 %, une nécessité pour des travailleuses qui gagnent en moyenne 11,5 euros brut de l’heure, elles demandent le respect. Explications des principales concernées.

La décision des États-Unis de ne plus considérer les colonies israéliennes en Cisjordanie comme illégales montre la continuité de la politique vis à vis de la Palestine sous le gouvernement Trump. Le PTB condamne cette nouvelle preuve du mépris des États-Unis pour le droit international et a déposé une résolution pour que la Belgique sanctionne la politique coloniale d’Israël.