Manifestations au Maroc : « Nous avons deux mers et du phosphate, mais nous vivons dans la misère »

Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)
Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je lis dans votre échange de presse, que vous nous indiquer que partout dans le Maroc il y a des protestations qui s'unissent par les même slogans ou et objectifs. Je peux vous dire que ni a Marrakech, ni a Agadir, Ni a Tiznit, ou dans le Souss Massa Dra, nous voyons des manifestations de soutient au RIF du Nord. J'aurai bien aimer que cela se fasse, que cela se passe, de façon a avoir une seule et même force unificatrice de tout les marocains. Mais voila, de part sa nature le marocain est individualiste, se souciant peux de l'autre, il faudra encore des décennies pour que les citoyens comprennent que c'est ensemble, d'une même voix, d'une même force, qu'ils aboutiront aux objectifs de progrès pour leur bien être et ceux de leur familles.
Je fais le lien avec le mouvement flamand en Belgique. A BXL, comme en Wallonie, on dit "C'est tôdi les p'tits qu'on spôtche", ce qui signifie "C'est toujours les petits que l'on écrase". Or je sais, après avoir rencontré des sans-abri heureux, à BXL, qu'avant de mourir, les petits se lèvent, ce qui les grandit, eux, mais aussi l'humanité.

Après avoir récemment tenté à plusieurs reprises de faire tomber le président vénézuélien Nicolas Maduro, le président américain Donald Trump a accentué la pression le lundi 5 août, en annonçant un embargo contre le Venezuela. Une mesure qui met encore plus le couteau sous la gorge de la population vénézuélienne.

Ce lundi 5 août, le Parlement indien a voté la révocation de l’autonomie de l’État du Jammu-et-Cachemire (la partie indienne de la région du Cachemire), au nord de l’Inde. Cet État est depuis sous le contrôle direct et autoritaire du gouvernement indien, dirigé par le parti nationaliste hindou BJP. Avec un nationalisme renforcé en Inde et au Pakistan et des islamistes fondamentalistes au Cachemire, la situation risque de dégénérer en un conflit local et international.

A quelques jours de ses 100 ans, l’ancien résistant et militant du PTB Charles Van Besien s’est éteint. Celui qui a participé à la libération de Bruxelles en septembre 1944 aura lutté durant quasiment un siècle. Portrait.

Stan Vanhulle, pilier de la lutte à Renault Vilvorde, du PTB mais aussi de ManiFiesta, sa famille et sa Roos, n’est plus. Après 2 ans et demi, le lundi 5 août, il a perdu le combat contre le cancer. « Stan a été l’un des moteurs de la bataille pour sauver l’usine Renault. Ceux qui se battent peuvent perdre, mais ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu. Ça, c’était Stan », écrit l’un de ses amis.

La banque HSBC, connue pour diverses magouilles (blanchiment d’argent, recours aux paradis fiscaux, etc.), vient de payer près de 300 millions d’euros à l’État belge pour échapper à un procès. Bonne nouvelle pour la justice ou nouvel exemple d’amnistie pour les plus puissants ?

En septembre, ce sera la dixième édition de ManiFiesta, la Fête de la Solidarité. Le festival, organisé par Solidaire et Médecine pour le Peuple, est né en 2010, en pleine crise politique sur fond de montée du nationalisme. Près de dix ans plus tard, ManiFiesta s’annonce toujours comme un moment de solidarité et de combat contre l'extrême droite et la division. Rencontre avec le directeur de ManiFiesta, Mario Franssen.

Aujourd’hui, cela fait 20 ans exactement que les corps de Yaguine et Fodé, deux Guinéens de 14 et 15 ans, ont été retrouvés dans un avion de la Sabena à Zaventem. Un drame qui fut pour beaucoup de citoyens belges un déclencheur d’engagement pour plus de solidarité internationale...

Il y a 20 ans, deux adolescents venus de Guinée étaient retrouvés morts suite à leur tentative de quitter leur pays pour un avenir qu'ils espéraient meilleur en Belgique. Une délégation de l'association Amitiés sans frontières s'est rendue en Guinée, sur les traces de Yaguine et Fodé.

Ces dernières semaines, de nombreuses personnes ressortent le triangle rouge pour marquer leur opposition à l’extrême droite. Ce symbole est celui de l’antifascisme depuis que les nazis l’ont utilisé pour « marquer » les prisonniers politiques dans leurs camps. Mais son origine est plus ancienne…

Il y a quatre ans, près de Marseille, les salariés d’un site de fabrication de thé luttent contre le propriétaire, le géant Unilever, qui veut fermer l’usine. Au terme des 1336 jours d’occupation des locaux, les travailleurs rachètent les machines et créent leur propre marque, « 1336 ». Petite visite dans le sud de la France.