Marco Van Hees, député PTB : « Il faut sortir d'un système de privilèges, donc d'un système de monarchie »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Perd pas ton temps à ça. Ils sont symboliques depuis longtemps. Mais vu que cette une longue histoire la monarchie avec leur relationS nous rapport QdM des marchés qui rapportent Donc on les rémunère en fonction de se qu'ils font gagnés au peuple. OK....Luc de Huy
Cher PTB, Je ne vous comprends plus. Je suis outrée par votre soutien à ce serment de la NVA d’abolir la royauté dans notre pays. Le Roi est le seul lien unificateur et réunificateur dans ce pays. Pourquoi parler d’Albert, qui en a choqué plus d’un, pour avoir revendiqué le droit de toucher autant que lorsqu’il assurait son rôle de roi ? Comment peut-on se focaliser sur les revenus du Roi Philippe, déjà raboté. Philippe, le mal aimé. Pourquoi ne vous focalisez vous pas sur les salaires indécents de ceux qui exercent la fonction de Ministre, Parlementaire et toute la clique de subalternes qui sont « travaillent » sous leurs protections et qui coûtent énormément à la société. Vous vous plaignez vous les gouvernants, mais c’est nous qui payons ! Et ce n’est pas le retrait de la royauté qui fera diminuer tout ce que l’on ponctionne sur les revenus du travailleur, du pensionné, la fin des exclus du chômage, le manque d’emploi et j’en passe. Ne voyez-vous rien non plus ? Etes-vous également aveuglé par le libéralisme et le séparatisme qu’exhorte le gouvernement actuel. Ne trouvez vous pas que notre pays vit déjà dans un certain chaos ? Nous vivons dans la dictature. Roi ou pas, tout est créé et continuera à être « créer » pour contrôler, emmurer au maximum notre vie, notre travail, nos loisirs et supprimer nos droits. Que le Roi assure son rôle diplomatique de Roi et soit rémunéré à l’avenant des tâches qu’il preste, nous le comprenons parfaitement. Mais commencez par revoir le salaire de tous ceux qui revendiquent la fin de la royauté. Vous ordonnancez notre pays et son peuple comme d’un jeu d’échec. Les citoyens ne sont déjà plus que des pions aux yeux de ce gouvernement. Et pour le Roi, quel rôle allez-vous laisser à l’opposition le droit de lui octroyer ?
Je suis contre les pouvoirs de la monarchie et contre leurs familles qui touchent une dotation CPAS DE LUXE. Mais ou trouvons l'argent pour les payer et je voudrais savoir si on fait une enquête comme pour un ménage en Belgique.
La monarchie et la dote royale sont des faux problèmes. C'est l'oligarchie régnante sans complexe et aux yeux de tous qu'il faut exterminer. Mais comment? N'avons nous pas trop attendu pour réagir? Je crains que même l'opposition fait partie de ce petit monde...

Devenir président d’un des plus grands syndicats du pays en pleine pandémie, alors que nous sommes face à une crise économique d’une ampleur inédite, voilà une tâche lourde... À quelques jours d’une journée de mobilisation nationale en front commun syndical, la première post-confinement, nous avons rencontré celui qui a relevé le défi, Thierry Bodson.

Loin de constituer un cas isolé, l’affaire Chovanec révèle un problème plus profond au sommet de l’appareil d’État. De nouvelles réformes et un contrôle plus démocratique de la police s’imposent de toute urgence.

Le gouvernement israélien a annoncé fin avril qu'il annexerait une partie de la vallée du Jourdain. Pour l'instant, il n'est pas encore question d’une annexion officielle, mais la situation des Palestiniens reste intenable. Entretien avec Omar Barghouti, fondateur de la campagne palestinienne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS).

Depuis début septembre, on voit apparaître de plus en plus de lettres ouvertes critiquant les dispositions prises en répon

« Une société qui voit sa richesse grossir sans faire diminuer la pauvreté doit être pourrie jusqu’à l’os ».

Dans la nuit de mardi à mercredi, un terrible incendie a détruit le camp de réfugiés de Moria, situé sur l’île grecque de

Les membres du personnel soignant sont au bout du rouleau. Ils ont à peine eu le temps de souffler cet été avec une première vague de coronavirus exténuante... Aujourd'hui encore, le criant manque de personnel demeure. La colère gronde.

Sorti de nulle part, le groupe Liberty est devenu en quelques années un géant industriel.

Les travailleurs essentiels qui font tourner la société gagnent jusqu'à un tiers de moins que le salaire moyen.