Molenbeek boycotte les multinationales impliquées dans l’occupation de la Palestine

À Molenbeek, cela fait près de deux ans que le PTB demande le boycott des entreprises impliquées dans l’occupation de la Palestine… Un combat qui touche au but. (Photo Solidaire)
À Molenbeek, cela fait près de deux ans que le PTB demande le boycott des entreprises impliquées dans l’occupation de la Palestine… Un combat qui touche au but. (Photo Solidaire)
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bravo! Israël a érigé un mur de la honte en "oubliant" le ghetto de Varsovie! Comme Trump veut construire un autre mur sur sa frontière mexicaine. "Dégagez", comme nous dit Mélenchon, qui de loin, n'a pas perdu sa bataille.
Bravo super bravo à Molenbeek et surtout au PTB de s'être acharné. Mais avant de diffuser la nouvelle et inviter d'autres communes ou organisations à faire de même, j'ai fait une recherche sur le net. Le résultat me surprend, car il semble que G4S soit anglais et que de plus, il s'est retiré de toutes ses activités en Israël depuis 1 an. Quelqu'un pourrait me préciser ce qui se passe ?

Quasiment un an après le coup d’État, le candidat du parti de l’ex-président Evo Morales remporte très largement l’élection présidentielle. Retour sur une victoire populaire.

La caisse d’assurance pension Integrale va peut-être être liquidée. Que se passe-t-il ?

Naïma Amakran est permanente SETCa. Carine Rosteleur est Secrétaire régionale de la CGSP. Ces deux travailleuses de la santé ont un avis bien précis sur ce qu’il faut faire pour résister à cette deuxième vague. La députée du PTB et médecin généraliste Sofie Merckx leur a posé la question.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?