Mon bus, ma bataille

Le PTB Anvers a protesté contre la généralisation de l’horaire d’été sur les lignes de tram. (Photo Solidaire, Paul Lever)
Le PTB Anvers a protesté contre la généralisation de l’horaire d’été sur les lignes de tram. (Photo Solidaire, Paul Lever)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle naïveté de croire à une victoire sur le TEC-Namur ! Le quartier en question était desservi du lundi au samedi à la fréquence de 30 minutes et le dimanche à la fréquence de 60 minutes. La nouvelle ligne 54 comporte du lundi au vendredi six parcours dans chaque sens uniquement en heure semi-creuse, le samedi trois parcours dans chaque sens uniquement le matin et RIEN le dimanche. Dans quelques mois (deux ans au grand maximum), le TEC publiera des statistiques de fréquentation pour justifier la suppression de la ligne : c'est une technique éprouvée de cette société de pondre des horaires calamiteux ne satisfaisant pas grand monde pour pouvoir supprimer plus tard, et cela en donnant hypocritement l'impression d'avoir fait des efforts pour tenir compte des usagers. Pendant ce temps, ils peaufinent déjà leurs attaques contre d'autres quartiers (Jambes et Flawinne) : en septembre, ce sera au tour des lignes 8 et 9 de passer à la casserole. On se prend parfois à souhaiter la privatisation des transports en commun wallons, dont les dirigeants sont des autocrates, encartés des partis traditionnels, s'abritant derrière la "responsabilité" de conseils d'administration fantoches composés de politiciens des mêmes partis qui viennent approuver n'importe quoi juste pour percevoir leurs jetons de présence.

Dirk Van Duppen a reçu, à titre posthume, le « Prijs voor Mensenrechten » (Prix des Droits humains) de la Ligue néerlandop

Dans la ville allemande de Wuppertal, l’année 2020 est synonyme de célébration du philosophe et révolutionnaire du XIXe si

Bernie Sanders, sénateur et ex-candidat de gauche à l’investiture démocrate pour les deux dernières élections présidentielles américaines, a pris la plume pour mettre en garde celles et ceux qui pensent que Trump est dans le camp des travailleurs. Et celles et ceux qui pensent que Biden l’est aussi...

Si les paysages et les plages idylliques de Chypre sont connus de touristes du monde entier, le pays est divisé par des forces extérieures et ce sont les travailleurs qui paient le prix. Nous en avons discuté avec un parti communiste presque centenaire : le Parti progressiste des travailleurs (AKEL).

« Vous préférez renoncer à votre prime de fin d’année ou à votre emploi ? » C’est, en substance, la question posée par la direction de Galler à ses 170 travailleurs. Une pression illégale durant une période difficile pour des travailleurs qui ont déjà du mal à boucler les fins de mois...

Dans la lutte contre le coronavirus, les personnes travaillant dans le secteur des soins ont une mission difficile.

Les travailleurs mis en quarantaine perdent une partie importante de leurs revenus.

Dans son essai Plaidoyer pour une rénovation politique (publié par le think tank de droite Itinera), Christophe C

Les petites cartes sur le comptoir de la réception offrent une image de désolation. Sur la semaine et demie qui vient de s’écouler, nous avons dû dire adieu à 8 patients de notre maison médicale à Hoboken (Anvers). Des mots de consolation et nos sincères condoléances signés par tous les membres de l’équipe attendent d’être transmis aux familles touchées.

Donald Trump se présente volontiers comme le défenseur des travailleurs, comme un homme qui se dresse face à l’establishment et rompt avec les interventions guerrières américaines dans le monde. Vraiment ?