Naomi Klein : « Le sort des États-Unis a été scellé par l’élite de Davos »

Naomi Klein (Photo Adolfo Lujan / Flickr)
Naomi Klein (Photo Adolfo Lujan / Flickr)

Ajouter un commentaire

Commentaires

H. Clinton a perdu, ce n'est pas Trump qui a gagné. Elle a perdu, d'abord parce qu'elle est une femme et que le moment n'est pas encore venu, ensuite parce qu'elle était soutenue par Obama et que le vote raciste avait un compte à régler avec le premier noir élu à la fonction suprême, elle a perdu parce que ses adversaires sont les sudistes et que la guerre de sécession n'est pas terminée. Et puis, elle a perdu parce qu'elle a pris la défense du grand capital, mais sur ce terrain, Trump est un tricheur.
Il n' y a rien de tel pour éviter la Vérité que de se rabattre sur des clichés, qui en leur temps, ont été utiles pour manipuler les masses, je comprend votre dépit, vous étiez tellement habitué à avoir l' impression de "gagner" sans effort, sans avoir rien à prouver et continuer à faire le jeu des prédateurs maquillés en "gentils" maintenant vous un prédateur qui est sincère, lui ne se maquille pas, c' est tout. Dans le fond, lorsque vous vous faites avoir, ce que vous rechercher c' est que ce soit fait suivant les règles du mensonge pour que vous ayez la perception que l' on "progresse". Les gens se déchirent au sujet de trump alors que le système perdure... :Le sort de ceux qui sont dans la misère et ne jouissent même pas de la couverture médicale dont vous jouissez encore en France vous importe peu, mais le mysoginisme et le racisme des électeurs (que vous invoquez sans vergoigne comme si vous aviez le pouvoir de pouvoir lire dans la pensée de ce monde) de trump est ce qu'; il y a de plus important pour vous grâce au média des multinationales qui ont réussi à vous convaincre des fantasmes les plus extravagants, alors que ces media appartiennent à une clique qui est à l' origine de la subversion et des tueries qui ensanglantent le monde... Au final, ce qui ressort de votre message c' est que les coupables sont des gens qui en majorité souffrent et n' ont pas eu le bon goût de continuer à se taire. ...
Arrêtez avec ce sexisme. Je suis le premier défenseur des femmes, mais Hillary n'est pas perçue comme telle. Elle est comme les hommes néo-libéraux. Elle n'a rien à dire de plus, et son pseudo-feminisme n'est que de l'opportunisme. C'est une femme, mais je ne vois pas chez elle un quelconque intérêt pour les femmes en général. Tout le reste de ce que vous dites est n'importe quoi. Vous ne voyez pas l'agacement des masses envers l'establishment? La condescendence de ces derniers pour les difficultés des autres? Les "dommages collatéraux" de leurs politiques? Les memes qui financent les medias, et les campagnes électorales des memes gens qu'ils mettent dans leur media, pour défendre les intérêts de leurs autres entreprises? Qui triche, financièrement parlant? Ceux qui empoche les bénéfices de la mondialisation et détruisent les emplois locaux? Ceux qui délocalisent pour créer de la misère, pour ensuite revenir mais payer, pour le meme travail, un demi-salaire à ceux qui attendent, miséreux, le retour des entreprises?
Tout à fait d'accord avec le commentaire de LACROIX. Trump est un nul..Sa "femme" le mannequin, première dame...;hi hi je ris, face à la classe de Michelle OBAMA! elle va avoir l allure de "première pouffiasse"..ET TRUMP va placer 3 de ses enfants dans son gouvernement.. Ce ne sera plus le gouvernement US mais le gouvernement TRUMP!..A voir aussi la tête de lard ultra religieuse à la vice-présidence...Les pauvres , aux USA , ont du souci à se faire! .Et Marion Maréchal le Pen a accepté l'invitation d'un mec de l équipe TRUMP, pour travailler avec elle..un nommé BANNON.. je crois.. Il est temps pour les Frabçais de réfléchire pour ne pas placer à la tête de la FRANCE une TRUMPETTE MARINE!
Il faudra bien dire et redire la vérité sur la façon dont le mépris s'affiche un peu partout chez ceux qui prétendent nous gouverner au nom de leurs intérêts exclusifs associés aux rackets des banques et à l'Organisation mondiale du commerce qui sont en train de tuer cyniquement la démocratie... On ne peut plus se laisser enfumer comme c'est le cas depuis des années par des discours politiques démagogiques, tant à gauche qu'à droite sur les "bienfaits" de ce néo-libéralisme qui enfonce chaque jour un peu plus les populations du monde dans la misère pendant que les riches se gobergent à nos dépends.
Relire le Capital au 21ème siècle de Piketty, somme parfaitement documentée qui annonce en conclusion une déstabilisation des démocraties. Nous y sommes.
Je retrouve dans cette ébauche les idées de plusieurs ouvrages "La violence des riches" ( Pinçon-Charlot) , pourquoi l'égalité est meilleure pour tous (Wilkinson et Pickett). La lutte contre les inégalités de toutes sortes générerait des emplois, la rénovation des infrastructures également; une meilleure répartition suppose d'aller chercher l'argent chez les riches et très riches, classes maintenant "mariées" à l’oligarchie politique. Ce qui est vrai aux Etats Unis comme en Europe. Keynes, le retour ?
Il y a, il me semble, un contre-sens important dans la traduction du dernier paragraphe: "People have a right to be angry, and a powerful, intersectional left agenda can direct that anger where it belongs, while fighting for holistic solutions that will bring a frayed society together." "tout en luttant pour des solutions holistiques qui rassembleront une société déchirée." et non: "au lieu de lutter pour des solutions holistiques qui n'engendrent qu'un déchirement de la société." Soit tout le contraire...
Il me semble aussi qu'il y a soit un contresens dans la traduction soit le propos initial (je ne l'ai pas lu/écouté en anglais) est étrange
Bien vu le contresens! Voulu ou non voulu?
@Roland-Guill: ouf! merci pour cet éclaircissement, j'avais du mal à comprendre cette phrase et pas le courage d'aller chercher le texte original. La cohérence est restaurée.
Très pertinent , mais qui actuellement osera faire ce nouveau plan ?
Ce plan ne verra jamais le jour. La gauche a montré son incapacité à le dire et à le faire. La droite aussi. Voilà pourquoi les classes moyennes donc les moyens-privilégiés et les pauvres croient dans les radotages des milliardaires ( en Suisse on a déjà fait cette expérience ) car ils estiment qu'eux ont réussi dans la vie. C'est comme acheter un billet à la loterie. Il y a une chance de gagner. Un jour. Qui sait. Non, il va falloir trouver autre chose les gars. Autre chose que des trucs auxquels plus personne ne croit plus. La lucidité, la vérité, l'écoute, le respect contre la révolution réactionnaire qui est en route.
Très juste, merci pour votre lucidité Madame Klein!
Le néolibéralisme a certes joué son role dans la situation économique actuelle du monde. Tout ceci n'explique pas de reconnaître les dégâts causés par l'élection de Trump. L'Amerique n'a jamais totalement accepté un Président noir. La base américaine a toujours été raciste (pas tous les américains mais une très bonne partie). Les Blancs ont encore en tête que le noir doit se soumettre. C'est incrusté dans plein de têtes blanches et Fox News le fait sentir ouvertement. L'intelligence d'Obama lui a permis de convaincre les Américains (jusqu'à 56% sont favorables à Obama encore aujourd'hui) mais il n'a pas su voir venir le torrent Trump. Le mauvais choix de la candidate démocrate n'a pas aidé. Notons que seulement 56% d'électeurs sont passés aux urnes, pami les manquants, une majorité de Démocrates. Ils ont raté le "catch" L'impact des rhétoriques de Donald durant la campagne restera pour longtemps sur l'esprit des Américains et du monde entier. Je suis encore sous le choc. Le pays que tout le monde admire est un pays raciste, misogyne, trop hypocritement religieux et où les inégalités sont énormes. Tout ceci s'ajoute à ce que vous dites Mme Klein. Cordialement
Lorsque le propos de soufrance devient d'une certaine façon une justification pour la montée du nationalisme, le risque de tomber dans un néo-zasisme est grand.Dans cette élection, les éléments capitaux du moins ce que vous avancez que je trouve malheureusement crédibles, sont la souffrance des blancs et leur colère contre un système les défavorisant, les réactions anti-néo-libéraliste, la diabolisation des musulmans. Paradoxalement, les gens ont vu la salut chez un personnage riche, hors du commun. Un salut du genre socialste-nationaliste fasciste, faisant partie de la classe riche qui fait souffrir la majorité de la société..
Merci pour cette analyse et cette prise de position. Enfin une intellectuelle qui prend position et propose des solutions. Je recommande son livre Tout peut Changer. Mais chacun doit se porter volontaire aussi. Merci Naomi Klein
Je suis entièrement en faveur de ce New deal écologique, appuyé sur la société civile, les syndicats, les ONG, les groupes de pression, sans oublier les réseaux sociaux. Il faut faire à Davos une guerre psychologique de tous les instants. A commencer par l'imaginaire et leurs think tanks qui sont des réservoirs de petite vérole. Tous ensemble, avec l'obsession du vaincre tous pour tous, on peut décorer le monde aux couleurs du monde et faire de l'argent un mal ... qui n'est plus nécessaire qu'à quelques milliardaires attardés... sur une île désormais déserte!
Je ne comprends pas la dernière phrase...

Si le droit de vote est accordé aux hommes au sortir de la Première Guerre mondiale, il faut attendre l’après-Deuxième guerre, le 26 juin 1949, pour que les femmes belges puissent voter pour la première fois aux élections législatives. Pourquoi trente ans après les hommes ? Chronique d’un long processus de lutte.

Un chiffre d’affaire de plus de 55 milliards de dollars en 2018 : en quinze ans, le réseau aux 2,2 milliards « d’amis » a engrangé un paquet de fric sur nos informations, quitte à s’asseoir sur quelques lois. Un « gangster numérique », a tranché le parlement britannique dans un rapport au vitriol... Comment le réseau social qui voulait « rendre le monde meilleur » en est-il arrivé la ?

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.