Pendant que Bruxelles et Anvers s’enfoncent dans le bling-bling et les scandales, Barcelone révolutionne la ville

Ada Colau, bourgmestre de Barcelone, lors du sommet Fearless Cities qui a eu lieu du 9 au 11 juin derniers. (Photo Solidaire)
Ada Colau, bourgmestre de Barcelone, lors du sommet Fearless Cities qui a eu lieu du 9 au 11 juin derniers. (Photo Solidaire)

Ajouter un commentaire

Commentaires

tant que le peuple se laissera engourdir par les loisirs et les sports diffusé par les médias rien ne saurais aller.
Ne nous faisons pas d'illusion cette heureuse et excellente initiative n'est pas prête d 'arriver chez nous !
Bravo à Madame Ada Colau Que tous les politiciens impliqués dans les scandales qui sont dévoilés aujourd'hui en prennent l'exemple 2.000 € par mois soit 24.000 € par an à côté des revenus des dirigeants de PUBLIFIN et du patron d'ORES c'est une goutte d'eau dans l'océan
Il est réconfortant de voir ce genre d'initiatives se développer , tout les pouvoirs au peuple je n'y crois pas , mais tout les contrôles au peuple là je suis pour ; Créés par le peuple pour le peuple , faire de son bien -être une priorité . Cet article est une preuve que la volonté d'offrir une vie meilleur à cette société qui souffre existe !!
Merci pour votre commentaire, je pense la même chose que vous.
Que l'on se dépêche de faire plein de clones de cette femme magnifique pour remplacer les pompes à fric que nous avons.
Je suis d'accord avec tout ce que vous dites; une chose m'interpelle: pourquoi attendre 10 ans avant d'entrer au pouvoir?
Bonjour, J'ai une question pour vous : quel poucentage représente le salaire de tous les politiciens du monde face à l'encours des différents secteurs spéculatifs ? Mais peut-être ne connaissez-vous pas ces encours ? Ne pensez-vous pas que l'urgence marxiste consiste à connaître ces encours, à les publier et à les comparer à l'encours de l'argent restant en circulation sur le marché de la consommation. Le salaire des politiciens, je n'en ai rien à faire et s'en soucier relève du populisme le plus bas ! Merci
Tout est possible il suffit d y croire et de l expliquer aux autres.Nous sommes dans une période de transition à tout les niveaux.je crois en un reveil citoyen et j espere faire partie de cette nouvelle histoire avec des personnes sincères qui travaillent pour le bien être de tous.
Le temps n'est plus aux lamentations... Regarder, laisser faire et ne rien dire est le crédo de bon nombre de citoyens. Nous avons notre destin en main, il est temps de faire bouger les chose. Se lamenter sans réagir, subir le système parce que on y est habitué, parce que le pouvoir en place vous fait croire que tout va bien, vous laisse vivre dans votre petit confort de manière égoïste... et la liste est encore bien longue. REAGISSEZ MAINTENANT, demain il sera trop tard.

Le décret qui mettait fin aux subventions au carburant est abrogé. C’est le résultat d’un mouvement social sans précédent depuis 15 ans en Équateur. Une victoire significative dans le contexte latino-américain.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.