Prisons: « Le gouvernement ne trouve les droits des détenus importants que quand ils peuvent être utilisés contre le droit de grève »

Une délégation du PTB Gand a rendu visite aux agents pénitentiaires en grève. (Photo Solidaire, Pol Ronse)
Une délégation du PTB Gand a rendu visite aux agents pénitentiaires en grève. (Photo Solidaire, Pol Ronse)

Ajouter un commentaire

Commentaires

faut tenir bon mes amis , ne pas se laisser influencer par des beau discours de s et merdeux de politicien
En attendant c est les détenus qui en souffre..les infos TV rien!! la preuve que cela n intéresse personne....les droits de l homme....le gouvernemente belge préfère payer des amandes...pour les trous qui servent de prison... .!la mentalite Belge est étroite..égoïste..et raciste..tous le monde sans moque des détenus.. même tant pis pour eux.. leurs fautes si ils y sont..etc..le gouvernement..gouverne quoi finalement!! mise à part les choses qui ne derangent...pas trop!!N oublions pas... que en prison on peut s y retrouver tous un jour.....pour x raison.
Je suis contre la réquisition car le gouvernement réquisitionne - aujourd'hui - des personnes parce qu'il n'a réquisitionné pas - hier - les moyens financiers (pour éviter de réquisitionner des personnes aujourd'hui) C'est donc une faute de gestion. Sa faute est ici entière. La réquisition est justifiée lorsque des événements indépendants de la volonté du gouvernement exige le maintien de l'ordre. Ce n'est pas le cas ici. La solution ? Changer le gouvernement ! Comment ? A votre avis ...

Le coronavirus menace notre santé. Mais il menace aussi nos droits.

Témoin et actrice, victime et combattante : Lydia Chagoll a traversé les tragédies du XXe siècle avec une détermination qu

Année après année, les grosses fortunes sont de plus en plus nombreuses et… de plus en plus riches.

En 2016, dans l'État américain du Dakota du Nord, les Sioux ont entamé un combat contre la construction d'un pipeline qui

Le Parlement vient de voter un texte reprenant plusieurs réformes judiciaires.

En octobre 2019, le Chili se réveillait après plusieurs décennies de néolibéralisme sauvage.

Le pays est en ébullition depuis la mort de George Floyd, tué par la police.

« Bon avec les blancs, mais mauvais pour les noirs ».

Alors que les conservateurs (cdH, CD&V, N-VA, Vlaams Belang et une partie des libéraux) ont recalé la proposition de loi sur l'avortement prévoyant l'allongement du délai légal, la réduction du délai de réflexion et la suppression de toutes les sanctions spécifiques, nous republions une interview réalisée à la fin de l'année dernière, lorsque cette proposition de loi était approuvée par la commission justice de la Chambre.