Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Stéphane Moreau: «Ce que j’ai vécu est d’une violence inouïe» Le pauvre, il a « tout sacrifié ». Parallèlement, il laisse toutefois entendre que son pas de côté précipité par les récents événements pourrait bien se révéler « salutaire », même si l’avouer est « encore un peu difficile » « Je gagne 593.000 euros brut par an de rémunérations fixes comme indépendant et j’ai également un bonus éventuel en fonction de la réalisation ou non des objectifs de la société. (…) Cela correspond à une charge de salarié de 440.000 euros annuels brut. C’est une rémunération qui est similaire à ce qui se pratique dans d’autres entreprises publiques plus petites que la nôtre », précise-t-il au passage. S’il était discret médiatiquement, notamment dans son costume non-politique, c’est que « cette sphère professionnelle, je considérais qu’elle n’exigeait pas de me mettre en avant dans ce rôle-là », justifie-t-il. « J’ai sans doute eu tort de me dérober à ce point. » Quelle tristesse monsieur Moreau, vous gagniez un peu plus d'UN MILLION d'euros par an, ce n'est sans doute pas assez pour vous. Pensez-vous que les travailleurs, travailleuses glandouillent toute la journée !!!! pour ne gagner que 1600 à 1800 €. Savez-vous que des pensionnés ont parfois moins de 1.000 € par mois. Avez-vous la tête sur les épaules ? Votre salaire annuel correspond à 1.000 mois d'un retraité !!!! SOIT PLUS DE 83 ANS. PENSEZ-VOUS QUE VOTRE SALAIRE N'EST PAS D'UNE VIOLENCE INOUÏE ????? RIEN NE PEUX JUSTIFIER UN TEL SALAIRE, RIEN, ABSOLUMENT RIEN. C'est un scandale de plus, mais avec le P.S. on s'étonne plus de rien.
c'est leurs principes pour se remplir les poches, les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, ils continuent à tondre un mouton tondu , vivement les urnes de 2019.
Voici les différentes élections à venir. Dès 2018 vous pourrez déjà vous exprimez via les urnes. Élections provinciales et Élections communales. Ces élections seront un indicateur des tendances pour celles de 2019 SI les votes des citoyens vont dans le même sens et ce n'est pas gagné d'avance. Avec toutes les affaires scandaleuses qui secouent le pays, si la tendance se confirme, les partis dis "traditionnelles" pourraient prendre une raclée mais les gens oublient vite...... Élections européennes Tous les 5 ans, nous votons pour élire des députés européens qui seront les représentants belges du Parlement européen. Les prochaines élections européennes auront lieu en 2019. Élections législatives (ou fédérales) Tous les 5 ans (tous les 4 ans avant 2014), nous votons pour le niveau fédéral. Nous élisons tous les députés qui composent la Chambre des représentants et une partie des sénateurs qui composent le Sénat. Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019. Élections régionales et communautaires Tous les 5 ans, nous votons pour élire les représentants des parlements régionaux et communautaires. Les prochaines élections auront lieu en 2019. Élections provinciales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des 10 conseils provinciaux du pays. Les prochaines élections provinciales se dérouleront en 2018. Élections communales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des différents conseils communaux de Belgique. Les prochaines élections communales se dérouleront en 2018.
Publipart, Publifin, Telenet , ils se remplissent bien les poches et aprés cela on fait la chasse aux malades. Mais eux sont pas malades , bien grassement payé à faire craquer leurs sieges , c'est normal parfois ils s'endorment. à la chambre mais cela porte bien le nom , une chambre c'est fait pour dormir , allé peuple esclave , vous etes la pour travailler, nous pour diriger et se remplir les poches,,,COURAGE.. tout va bien..,,,pour nous,
Ne pourrait-on pas Instaurer une structure d’information et de contrôle pilotée par un organisme expert indépendant comme celle mise en place dans l’enseignement supérieur, de permettre aux citoyens de donner son avis en temps réel sur les décisions politiques à venir et de trouver sur internet, un historique des décisions prises et des conséquences analysées. Merci pour votre attention
Dans l'affaire Publifin, une conséquence des rémunérations exorbitantes à laquelle je n'avais pas pensé, c'est le financement des partis eux-mêmes. Par exemple Claude Emonts dit qu'il versait 10% à son parti, plus 5% à la fédération liègeoise. Considérant les montants, et le nombre de membres que ces partis placent un peu partout, sans oublier les cumuls de mandats, ça fait quand même un sacré pactole. Avec la composition de la commission, évidemment celle-ci se concentre sur le manque d'éthique à titre personnel, mais j'espère que M. Gillot aura l'occasion d'attirer l'attention sur ce fait.
Belle comédie ! Chers représentants du "peuple" vous croyez que nos concitoyens vont croire à toutes vos simagrées de tribunal sous le couvert d'une dite commission où les petits amis maffieux sont interrogés par leurs " immaculés" comparses ? Personne ne peux croire qu'il en sortira quelque chose de positif après ce pseudo "grand déballage" LES LOUPS NE SE MANGENT PAS ENTRE EUX . Pour conclure : rappelons nous du passé et des "autres " affaires , en attendant les suivantes.....On avait aussi juré les grands dieux que cela n'arriverait plus ,hélas vœux pieux on remet le couvert et c'est reparti ! Ne dit-on pas que "les chiens perdent leurs poils mais jamais leurs habitudes" Alors chers représentants du peuple il y a une solution "dégagés" et le pays et la région ne s'en porteront que mieux. Ne croyez surtout pas que vous soyez irremplaçables .
En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.

Ce 21 janvier, une délégation des centrales syndicales de la CSC et de la FGTB se sont rendues au cabinet du ministre de l'Emploi pour y remettre une pétition contre les mesures sur les pensions.

La colère gronde dans les aéroports d'Allemagne.  Le 15 janvier, tous étaient en grève afin d'obtenir des négociation salariales pour les quelque 23 000 travailleurs. Le syndicat ver.di exige 20 euros de l'heures. Les agents de sécurité, en charge du contrôle des passagers, du fret et des bagages sont particulièrement mal payés. Nous publions ici l'article posté par le syndicat Ver.di sur son site internet.

Fin octobre, les travailleurs d’Aviapartner se sont mis en grève, juste avant le congé de Toussaint. Tous les médias en ont fait leur Une pendant des jours, mais n’ont que rarement évoqué le fond de l’affaire. Solidaire donne la parole à deux des syndicalistes à la base de cette grève : Jan Ceulemans, 53 ans, qui travaille depuis vingt ans au département cargo d’Aviapartner, et Kamal Afassi, 38 ans, du handling, le traitement des bagages. Tous deux sont délégués BTB/UBT, le syndicat du transport de la FGTB.