SNCB : une grève nationale face à une direction qui refuse de négocier

Photo Solidaire, han Soete
Photo Solidaire, han Soete

Ajouter un commentaire

Commentaires

Camarades, Travailleurs, syndicats .... comme vous dites là coupes et plus que pleine, elle déborde !!! Malgré la manifestation du 24 le couple MR NVA à affirmer qu'il ne changeront pas de Cap est continueront leurs politiques d'austérité, même avec les grèves où manifestations !!! C'est de la provocation !!!! Ils n'en ont rien à foutre des travailleurs, ni des syndicats !!! La solution faut une grève générale total est mettre cette bande de dictateur à la porte de grès où de force !!! C'est la seule solution camarades !!!!
"Les cheminots travaillent 36 heures par semaine en moyenne, mais prestent en réalité 40 heures. Les heures supplémentaires sont récupérées. Ce sont une partie de ces jours-là que la direction a décidé unilatéralement de supprimer, avec effet rétroactif". En quelque sorte, c'est ce qui sera généralisé pour tous les travailleurs avec la Loi Peeters: ils auront des semaines allongées, et le patron confisquera les jours à récupérer.
N'oubliez pas de réclamer votre compensation via le formulaire en ligne http://b2c-forms.belgianrail.be/nat/apps/compensations/onecompensation.php?lang=F et de demander que celle-ci soit virée au compte de votre choix... Pourquoi pas celui d'une organisation que vous soutenez ? Qu'au moins cette grève serve à quelque chose... Merci !
On a intérêt à aller jusqu'au bout pour faire tomber ce gouvernement. Nous arrivons à une période charnière où nous prenons une part importante dans le débat et la présence politiquement. Ces grèves sont importantes car elles bloquent, au minimum, l'avancement des lois privatives de ce gouvernement et donne la possibilité de conscientiser les gens au devenir d'une Belgique sans services publics et sans syndicats. Courage aux agents de la SNCB, tous unis !
Sans surprise la presse subsidiée est unanime : les grèves sont irresponsables, insupportables, et elles doivent cesser au plus vite.
Bonjour Sympathisant de la cause, je ne comprend pas trop ici. Si je comprends bien, la SNCB ne veut plus payer d'heures de crédit aux agents qui sont en maladie. Je suis rationaliste, et ça me semble raisonnable: ces collègues ne travaillent pas quand ils sont malades... Pourquoi ne disons-nous pas plutôt qu'on veut la fin de ce gouvernement anti social, ce serait plus clair pour le peuple?

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.