SNCB : une grève nationale face à une direction qui refuse de négocier

Photo Solidaire, han Soete
Photo Solidaire, han Soete

Ajouter un commentaire

Commentaires

Camarades, Travailleurs, syndicats .... comme vous dites là coupes et plus que pleine, elle déborde !!! Malgré la manifestation du 24 le couple MR NVA à affirmer qu'il ne changeront pas de Cap est continueront leurs politiques d'austérité, même avec les grèves où manifestations !!! C'est de la provocation !!!! Ils n'en ont rien à foutre des travailleurs, ni des syndicats !!! La solution faut une grève générale total est mettre cette bande de dictateur à la porte de grès où de force !!! C'est la seule solution camarades !!!!
"Les cheminots travaillent 36 heures par semaine en moyenne, mais prestent en réalité 40 heures. Les heures supplémentaires sont récupérées. Ce sont une partie de ces jours-là que la direction a décidé unilatéralement de supprimer, avec effet rétroactif". En quelque sorte, c'est ce qui sera généralisé pour tous les travailleurs avec la Loi Peeters: ils auront des semaines allongées, et le patron confisquera les jours à récupérer.
N'oubliez pas de réclamer votre compensation via le formulaire en ligne http://b2c-forms.belgianrail.be/nat/apps/compensations/onecompensation.php?lang=F et de demander que celle-ci soit virée au compte de votre choix... Pourquoi pas celui d'une organisation que vous soutenez ? Qu'au moins cette grève serve à quelque chose... Merci !
On a intérêt à aller jusqu'au bout pour faire tomber ce gouvernement. Nous arrivons à une période charnière où nous prenons une part importante dans le débat et la présence politiquement. Ces grèves sont importantes car elles bloquent, au minimum, l'avancement des lois privatives de ce gouvernement et donne la possibilité de conscientiser les gens au devenir d'une Belgique sans services publics et sans syndicats. Courage aux agents de la SNCB, tous unis !
Sans surprise la presse subsidiée est unanime : les grèves sont irresponsables, insupportables, et elles doivent cesser au plus vite.
Bonjour Sympathisant de la cause, je ne comprend pas trop ici. Si je comprends bien, la SNCB ne veut plus payer d'heures de crédit aux agents qui sont en maladie. Je suis rationaliste, et ça me semble raisonnable: ces collègues ne travaillent pas quand ils sont malades... Pourquoi ne disons-nous pas plutôt qu'on veut la fin de ce gouvernement anti social, ce serait plus clair pour le peuple?

Le samedi 15 juin au soir, peu de plats ont été livrés à domicile à Gand. Les coursiers de Deliveroo de la ville ont arrêté le travail pendant une heure pour protester contre la baisse constante des salaires et les conditions de travail précaires. Les coursiers grévistes ont réussi à mettre une pression telle que le système a été mis à plat.

« Les dernières décennies ont été dures pour le monde du travail, en grande partie à cause des changements technologi

Le recours à la force contre l’occupation pacifique de la place devant le quartier général de l’armée soudanaise à Khartoum était prévisible. Mais la brutalité avec laquelle le groupe paramilitaire RSF (Rapid Support Forces) s’est comporté le lundi 3 juin au matin a immédiatement balayé toutes les illusions sur le nouveau régime militaire.

La SNCB vient de décider de réduire l'horaire d'ouverture des guichets de 75 gares en Belgique. Gares ouvertes à mi-temps, fermées le week-end. La stratégie de déshumanisation des gares suit son cours, au grand dam des organisations syndicales et des navetteurs. La résistance s'organise.

Les dix nouveaux élus du PTB au Parlement wallon ont prêté serment ce mardi. Le premier député ouvrier du PTB à la Région wallonne, Frédéric Gillot, a transmis symboliquement ce mardi le flambeau ces élus du peuple, en présence de membres du PTB et de son président, Peter Mertens.

Lors des élections européennes, les deux grandes familles politiques traditionnelles ont subi une défaite. L’électeur a clairement sanctionné la politique d’austérité mise en place par l’Union européenne et signifié son ras-le-bol des recettes néolibérales classiques, mais aussi d’une caste politicienne bien éloignée des réalités des citoyens. Cependant, ce rejet s’est traduit par un plébiscite de formations populistes et d’extrême-droite, ainsi que, dans une moindre mesure, écologistes. A l’exception notable de la Belgique, la gauche a perdu des plumes à peu près partout.

Des dockers français et italiens refusent de charger des armes à bord de cargos saoudiens. Ces armes sont utilisées dans la guerre au Yémen. Selon les Nations unies, cette guerre est la plus grande catastrophe humanitaire de notre temps. L'Arabie saoudite affame également délibérément la population du Yémen. Pour mener sa guerre, l'Arabie saoudite dépend des livraisons d'armes de l'Occident. Le PTB plaide pour un embargo européen sur les armes.

Nach ihrer phänomenalen und sozialen Wahl-Kampagne „phénoménale et sociale“ hat die belgische Arbeiterpartei (PTB/PVDA) ihre Stimmenzuwachs im ganzen Land bestätigt, mit Ergebnissen, die von 6,6% in Flandern bis über 12% in Brüssel und 13,5% in Wallonien reichen. Zwölf gewählte Mitglieder kommen damit von der authentischen Linken in das Föderale Parlament, ein Mitglied kommt in das Europäische Parlament, elf Mitglieder kommen in das Brüsseler Parlament, vier Mitglieder in das Flämische Parlament und zehn Mitglieder ins Wallonische Parlament. Darüber hinaus stellen wir vier Senatoren. Die Anzahl der PTB/PVDA-Abgeordneten steigt damit von 8 auf 42. Auf nationaler Ebene hat die PTB/PVDA sich zur fünftgrößten Partei unter den zwölf Parteien, die Abgeordnete stellen, entwickelt.

Maria Vindevoghel apportera une voix de gauche supplémentaire dans l'hémicycle, du côté des travailleurs : "Les travailleurs ont aussi le droit de voir enfin l'un d'eux au parlement", clame-t-elle. Suite à son élection, Solidaire publie à nouveau ce portrait (déjà paru en février).

Après avoir mené une campagne phénoménale et sociale, le Parti du Travail de Belgique (PTB) confirme sa progression partout dans le pays, avec des résultats allant de 6,6 % en Flandre à plus de 12 % à Bruxelles et 13,5 % en Wallonie. La gauche authentique envoie ainsi 12 élus au Parlement fédéral, 1 élu au Parlement européen, 11 élus au Parlement bruxellois, 4 élus au Parlement flamand et 10 élus au Parlement wallon. S’y ajoutent encore 4 sénateurs. Le nombre de parlementaires du PTB augmente donc de 8 à 42. Au niveau national, le PTB est devenu le 5ième parti en importance parmi les 12 partis qui ont des élus.