« Total me doit la vérité sur la mort de mon fils »

Le 19 novembre 2013, German Pacheco Dirix (30 ans) et William Van Robbroeck (29 ans) perdaient la vie dans  une explosion à la raffinerie Total à Anvers. Depuis, Guido, le père du premier, lutte pour faire condamner les responsables.  (Photo Solidaire, Karina Brys)
Le 19 novembre 2013, German Pacheco Dirix (30 ans) et William Van Robbroeck (29 ans) perdaient la vie dans une explosion à la raffinerie Total à Anvers. Depuis, Guido, le père du premier, lutte pour faire condamner les responsables. (Photo Solidaire, Karina Brys)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Vôtre commentaire ma ému et oui hélas il y a une justice de classe cela se voit de plus en plus , je vous soutient a 100% , tenez bon , tout ces gros bonnets qui gagnent des fortunes sûr le dos des travailleurs et qui ne prennent pas leurs responsabilités me fait gerber , courage tenez bon

Les accueils des maisons médicales sont très sollicités en cette période de crise sanitaire.

Deuxième contribution de la médecin urgentiste Nathalie Eggermont. Un service de nuit aux urgences. On n’a aucune certitude, sur la façon dont la crise va évoluer. On continue à se battre. Et on relâche un peu la pression, avec les collègues. On râle ensemble sur la pénurie de matériel, et les choix politiques consternants.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

15 000 ouvriers de l'usine SEAT de Barcelone ont décidé de réorienter leur usine.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

À quelques heures du vote des pouvoirs spéciaux en Belgique, le vote de sa grande sœur en France (loi sur « l’état d’

« Je m’engage à ne prendre que des décisions pour affronter la crise » a déclaré la première ministre Sophie Wilmes.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé samedi l’arrêt des entreprises non essentielles.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Malgré le confinement et les risques liés au coronavirus, des héroïnes travaillent à travers les couloirs des maisons de r