Travailleurs malades : les diversions de la N-VA ou de vraies pistes de solution ?

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je n'ai jamais compris la position du gouvernement au sujet des pensions des travailleurs. En effet, ils font tout le contraire. Travailler plus tard (qu'importe les conditions et la santé) alors que les jeunes ont énormément de difficultés à trouver un emploi. Que se passe t'il ? Les jeunes ne trouvent pas de travail ou ont un travail précaire(car le gouvernement oblige les anciens à travailler plus tard), leur avenir est incertain. Ils ne peuvent faire de projet comme envisager de se loger, fonder une famille et consommer n'est pas possible ou très limité. De ce fait, l'économie est stagnante, en effet, les industries fabriquent mais les consommateurs ne savent pas suivre. L'économie c'est nous qui la faisons et le gouvernement fait tout pour laisser les jeunes au chômage au lieu de mettre les anciens en repos par la retraite et ainsi ouvrir des portes aux jeunes afin qu'ils trouvent plus facilement un emploi. Si nous ne consommons pas, l'économie ne tourne pas donc, fermeture d'entreprises, de commerces en tout genre, chômage et retour à la case départ du cercle infernal, il y a de moins en moins de pouvoir d'achat. Ne pourrait-on imaginer un système de pension qui serait prise à la demande. Plus de pension de 7.500 €/moi et plus de pension de 1.000 €/moi, un système unique, qui serait établi par année de travail et indexé. Par année de travail il faudrait allouer une somme à chaque travailleur, prenons l'exemple de 50 €. De cette façon, si après 30 ans de carrière j'estime que 1.500 € (30 X 50 €) de retraite me suffise, j'arrête de travailler et dès le départ de ma carrière, je sais ce que j'aurais comme montant de pension. Si je travaille 40 ans, j'aurai une retraite de 2.000 €/moi, donc, avoir une pension suivant les années de travail. Je ne sais pas si cela est réalisable, mais pourquoi pas ? La somme de 50 €/année de travail n'est peut-être pas la somme idéale, ce serait peut-être utile de se pencher sur une formule de ce type. Qu'en pensez-vous ? Le débat est ouvert.........n'hésitez pas à commenter cette idée.
j ai lu votre commentaire , je dirait s et possible et réalisable avec quelque modification car j estime que un pensionner devrait avoir pour vivre bien entre 2000e mois et 2500e mois mais alors tous le monde devrait avoir le meme aussi bien les petit pensionner qui on travailler , qui a l heure actuelle on 1200e et encore a tous casser , mais s et chose n arrivera pas car les inhumain du gouvernement charlot 1ER , pour eux s et irréalissable il préfere mettre dans leur poche et laisser notre économie qui ne tourne pas et laisser les gens travailler jusque leur dernière force , or que il a des chomeurs a revendre , de toute façon nous somme diriger pas des com qui n écoute pas les gens et qui décide a tous bout champs des loi sans raison , n oublier pas notre cher charlot premier dois encore trouver presque 8 milliards , sur qui vas t on taper deviner ????? nos pauvre pensionner , et les plus démunis ,les malade , chomeur , et autre voila pour moi tous s et politicien son foutre dehors se son des VOLEURS a par entiére
Merci pour votre commentaire. En effet tout le monde aurait le même montant de pension suivant les années de travail ( périodes assimilées comprises). Au sujet du montant, il faut une étude approfondie afin de déterminer le montant de base par année de travail, 50 € n'est qu'une hypothèse. L'année prochaine, vous pourrez vous faire entendre via les urnes, nous n'avons jamais été aussi proche du changement. Qui prend en compte ce que vous dites ? Qui vous écoute et tien compte de votre opinion et de vos préoccupations ? Regardez ce qui se passe en France, partout, les citoyens en ont raz le bol de toutes ces politiques d'injustices, les gens en ont marrent qu'on frappe toujours sur le même clou.
bj voila je travail en 4 équipe trois pauses week-end et jour férie compris . Ayant plusieurs problèmes de sante , apnée du sommeil,diabete,hyper tension et double pontage en 2015. Je voudrais me reposer un jour semaine ,car ma récupérations est difficiles , existe une solution par le biais de la médecine du travail . VEUILLEZ RECEVOIR MES SALUTATIONS DISTINGUEES
étant menbre du PTB , j éspere de tous coeur le changement car je n ai plus confiance aux homme politique genre MR (surtout ) ? OPENVLD , qui nous dirige et ne écoute pas et ne fait rien pour les gens malade , chomeur etc ha pour précariser il son bon pour détruire les soins sante que nos grand parent se son batus pour avoir sa il save faire , ha oui pour le riche ha sa oui il fond , je le pouvait je les foutrait dehors de suite a coup pied aux cul , moi je suis pour une pension décente pour nos pauvre petit pensionner qui on trimer tous leur vie , il les aurait bien gagner , et je suis pour le revenu universel et le partage du temps de travail et les 30heure semaine , j espere que vous ete du meme avis que moi
Bonjour Pourquoi Madame Deblock, pour récupérer des capitaux ne commence- t'elle pas par supprimer la politisation des Mutualités . Dans certaines rues de villes nous y trouvons plusieurs bureaux, d'où multiplications des frais de gestion. Nous avons ,encore une fois le triste privilège de conserver ce système dont A.COOLS , était persuadé qu'il cesserait lorsque les fondateurs , bien avant 1945 , seraient disparus.. Au sujet du contrôle des malades de longue durée, l'INAMI doit aussi jouer un rôle, à déterminer en accord avec les instances sociales et il doit être possible de déterminer les abus sur base des certificats délivrés, travail important s'il en est.

Le journal français l'Humanité est menacé. Plus qu'un problème de pluralisme de la presse, la survie des médias de gauche est un enjeu de lutte de classes. C'est la voix des travailleurs qui est menacée. Reportage à la soirée de soutien à Paris.

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.