À 80 000 pour lancer le mouvement contre la loi Peeters

Photo Solidaire, Christoph Van Dyck
Photo Solidaire, Christoph Van Dyck

Ajouter un commentaire

Commentaires

j'en ai marre de ne pas pouvoir vivre
La prochaine fois, bloquons le port d'Anvers! !!!!
s et pas avec cela que le gouvernement vas plier , charlo la bien dit s et nous qui décide pas le peuple ben alors il une chose a faire ,s et de se mobiliser tous dans la rue y compris le peuple petit comme et grand jeunes comme vieux ,si on fait rien on vas tous perdre ,et croyer moi sa vas faire mal ,déjà que il vont voter des lois pendent que les gens son en vacance au mois de juillet et aout ,comme sa quand il vont revenir sa sera fait et vous aurez rien a dire ,s et maintemant qui faut faire quelque chose et pas dans 2 mois se gouernement doit tomber au plus vite
c'est pas bon pour les travailleurs juste pour les patrons injustes
Nous ne devons pas nous sentir fort car nous le sommes. En début de législature, ce gouvernement avait vacillé, prêt à s’écrouler. A ce moment, et sans doute par crainte des nationalistes, le monde syndical a pris peur. Préférant la négociation en courbant l’échine, dans l’attente probablement des élections suivantes. On a palabré longuement autour de la table sur le poids des chaînes que nous devrions porter. Camarades, ne soyons pas les victimes contemplatives des assauts d’une droite délurée, excessive et arrogante. Le temps n’est plus à la défense de nos acquis mais à la conquête de nouveaux : réduction du temps de travail, justice fiscale, redistribution de la richesse, investissements dans l’économie réelle et des énergies moins nocives,… Nous devons changé de paradigmes ! Le monde change mais les gouvernements et l’Europe n’appliquent que des politiques d’un autre temps, désuètes et néfastes. L’Europe n’est qu’une machine complexe et inhumaine. Elle gagnera sa légitimité et sa souveraineté que lorsque qu’elle ne se limitera plus à une Europe économique. Il nous faut construire une Europe Economique Politique et Sociale. Nous ne pouvons pas laisser nos devenirs à des technocrates, à quelques privilégiés avides de pouvoirs et de richesses. Nos aïeux ont construit une Europe du capitale, des Banques et de la finance ; il nous appartient de construire une Europe Sociale. Notre saurien de Premier ministre ne peut s’émouvoir de la détresse et de la souffrance du peuple. Animal à sang froid, il est l’inquisiteur du libéralisme de papa, arcbouté sur des dogmes du temps jadis. Il ne faut pas confondre le monde du marché et le monde politique. L’électeur n’est pas un consommateur: celui qui achète un biens, vote d’une certaine manière pour une entreprise, un fabricant, un produit… et l’électeur vote pour un programme, des idées. La différence entre l’électeur et le consommateur, c’est que l’un ne dispose que d’une voix alors que le pouvoir d’influence du second sera fonction de son pouvoir d’achat. Excès de confiance, auto complaisance, confirmation d’hypothèse, ancrage mentale, sélection et mise en avant de certains aspects d’une situation au détriment d’autres, voilà ce qui définit le mieux le gouvernement Michel-DeWever. Il veut moins d’administration (le sous financement : c’est réduire les Services Publics) mais se tourne vers elle à chaque crise ( policiers, pompiers, militaires dans les prisons, militaires dans les rues de Bruxelles,…). L’Etat avec moins de Fonction publique, c’est un paquebot avec un moteur hors-bord. Camarade, il est temps de se lever et de rejoindre la Gauche véritable.
Je suis bien tout va bien, telle est la devise de notre gouvernement de droite. Obnubilé par le nombrilisme absurde de C. Michel et de son mentor De Weever dans des réformes aussi absurdes qu'imbéciles il continue les provocations envers le monde du travail. Est-il sourd au bruit du tonnerre qui gronde dans la rue? Dans la fonction publique, il n'y a pas une catégorie de fonctionnaires qui soit épargnée, gardiens de prisons, magistrats, policiers, armée,... Tous crient STOP! On en peut plus, on ne sait même plus faire ce pourquoi on est qualifié et "trop" payé. Nos lieux de travail tombent en ruines, nous sommes équipé d'ordinateurs de plus de ans, si on a besoin d'un crayon il l'acheter nous-même. Rien n'y fait, le programme de la NVA qui est l'accord du MR en compensation d'avoir le poste de premier ministre sera respecté. Le pays se décompose, mais nous MR on garde le cap. Le MR a-t-il conscience que sans une fonction publique forte et unie notre pays s'appellera-t-il encore BELGIQUE dans un avenir proche?

Quasiment un an après le coup d’État, le candidat du parti de l’ex-président Evo Morales remporte très largement l’élection présidentielle. Retour sur une victoire populaire.

La caisse d’assurance pension Integrale va peut-être être liquidée. Que se passe-t-il ?

Naïma Amakran est permanente SETCa. Carine Rosteleur est Secrétaire régionale de la CGSP. Ces deux travailleuses de la santé ont un avis bien précis sur ce qu’il faut faire pour résister à cette deuxième vague. La députée du PTB et médecin généraliste Sofie Merckx leur a posé la question.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?