Après deux années, le gouvernement Michel-De Wever n’arrive pas à faire taire la contestation

Photo Solidaire, Salim Hellelet
Photo Solidaire, Salim Hellelet

Ajouter un commentaire

Commentaires

s et bien de faire cela , j espère que sa vas etre entendu pour gouvernement enfin j espère , mais je me crois pas , vous pouvez remarquer charles michel il me dit rien ???? , on me le vois pas ,?????, il communique pas ???? ,sur les manifestation ou gréve , il reste bien cacher dans l ombre pour faire les coups en douce avec les partenaires du gouvernement , regarder bien partout sur les site genre rtl.be ,la province , et autre journal il filtre très peut d info , juste se que l on veut entendre point s et tous , de toute façon se qu il dit il le fera , s et les parole qu il dit je ferait les réforme coute que coute donc on n et pas sorti de l auberge comme dirait celui la, attendez vous a des supression du chomage , baisse des remboursements des médicaments, chasse aux malade , réduction des couts sociaux un peut partout etc etc MESSIEUR IL ET TEMPS DE REAGIR UNE BONNE FOIS POUR TOUTE
Un gouvernement de droite voir d'extrême droite n'a pas sa place dans notre pays et un gouvernement qu'il appauvris les travailleurs et allocataires sociaux encore moins !!!! Ce couple MR NVA fait des cadeaux aux multinationales capitaliste ON vois où cela à mené " à la ruine dû pays"
La contestation ne cessera jamais tant que ce gouvernement dictatorial, œuvrant pour les riches (et rien que) sera à la tête du pays ! Mr Di rupo fait un appel du pied envers le CDH et Ecolo... Une "sauce" gouvernementale coté francophone" de déjà vu, connu et vécu ! Charles Michel,avec son baratin de "on a créé des milliers d'emplois, on fait tout pour augmenter le pouvoir d'achat, n'est depuis longtemps plus crédible à mes yeux. Prenez le journal de ce samedi 01/10... Titré en grand TOUT VA AUGMENTER ! Grand merci à tous ceux qui ont cru aux libéraux. Il faut peut-être évoluer avec le temps mais ici on est entrain de rétrograder un fameux coup. L'Europe c'est la machine à re-monter le temps à seulement 2 époques : l'une futuriste fait de quiétude et de richesse pour les riches et l'autre moyenâgeuse faite de pauvreté et d'esclavagisme pour le peuple. Tous nos espoirs vont vers vous et nous souhaitons beaucoup de vous. Ce n'est pas un virage à 180 degrés que le PTB devra entreprendre pour défendre la cause humaine mais à 360 degrés pour empêcher les riches de gouverner seuls et rétablir le juste équilibre dans notre pays...
moi je n ai jamais cru au libéraux , je sait que s et pour les patron et pour moi charlot et toute sa clique de bras casser se son DES VOLEUR a 100%(je pourrait l écrire plus grand je le ferait ), voila pour quoi il faut pas voter MR surtout pas pour eux , d ailleur vous voyer se qui arrive et attende s et pas fini ,il n irons pas chercher l argent chez les richer ou autre ,pour eux se serait mal ,il prèfére mettre le pays a feu et sang et de le faire couler , que de toucher au riche et au gros riche , de toute façon une chose et sur prochaine élection il son couler et plus bas que terre

Si le droit de vote est accordé aux hommes au sortir de la Première Guerre mondiale, il faut attendre l’après-Deuxième guerre, le 26 juin 1949, pour que les femmes belges puissent voter pour la première fois aux élections législatives. Pourquoi trente ans après les hommes ? Chronique d’un long processus de lutte.

Un chiffre d’affaire de plus de 55 milliards de dollars en 2018 : en quinze ans, le réseau aux 2,2 milliards « d’amis » a engrangé un paquet de fric sur nos informations, quitte à s’asseoir sur quelques lois. Un « gangster numérique », a tranché le parlement britannique dans un rapport au vitriol... Comment le réseau social qui voulait « rendre le monde meilleur » en est-il arrivé la ?

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.