Carnets grecs (4) : la fierté d’un peuple

Photo Solidaire
Photo Solidaire

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je trouve que la politique belge a bien changer a toute egare .Et personne ne voeu vraiment fair pour que tout aie mieu .que se soie sur le plant du travail pour nos jeune qui ne trouve pas de travail .bien le contraire au revoie les chaumeurs ver les c p a s .Donc se retrouve a la charge des pârent .et long dememde en plus se que les parent gagne touvée vous que cela soie humain .je trouve que sela commence a bien fair .. Et en plus vous vouler fair la méme chose avec les grec je vous trouve minable .L'europe n'aurait pas du exister care tout le monde se trouvait dans le rouge Michel . i
La Grèce a été trainée malgré elle dans les dédales des négociations d'adhésion à l'UE, sans doute la plus grande erreur commise à l'époque.Ce pays ne répondait pas aux conditions d'une cohésion économique et sociale qui eut pu justifier son adhésion. Maigre consolation : l'Union porte aujourdhui le germe de son auto-destruction: la libre circulation des biens, des personnes et des service nécessaire à l'achèvement du grand marché implique effectivement le processus normal des délocalisations intra visant à offrir au citoyen européen à terme tout bien et service produit là où celà peut l'être au coût le plus bas MAIS reste incompatible avec l'ouverture des frontières de l'UE au grand commerce international ( OMC) qui conduit aux délocalisations en delors de l'UE vers des pays qui ne présentent aucune cohésion économique et sociale avec l'UE .En d'autres termes,quand tout sera ouvert et accessible librement, il n'y aura plus de marché intérieur européen,Il y aura simplement un grand marché à l'échelle mondiale . La politique économique ultra libérale menée depuis des décennies par l'UE porte donc bien en son sein les germe de son auto-destruction.
29 juillet 2015 : aujourd'hui on voit bien que le référendum était un piège à cons et Siryza un parti leurre. Les grecs vont encore bouffer de l'austérité pendant des années. Il n'y avait de toutes façons rien d'autre à attendre de Tsipras, un type qui en son temps fut candidat à la Commission Européenne.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.