Charleroi | 1500 manifestants contre la mise en disponibilité des prépensionnés

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Quel respect le monde politique a des travailleurs après une carrière de 41 ans de travaille je fut licencie de carsid pour cause de fermeture et pour terminer l'entreprise me proposa la prépension ayant plus de 38 années de carrière je reçus des documents de l 'onem a signer pour ne plus être repris comme demandeur d'emplois jusque 65 ans et suite a ca je ne pu bénéficier de la prime Renault 21000 € car carsid estimait que je n y avait pas droit car j'était prépensionné je suis furieux comment voulez vous que les jeunes trouvent un emploi alors que on remet des prépensionnés de plus de 60 ans sur le marché du travaille j espère que des parlementaires feront modifier cette mesure A QUI DEVONT NOUS ENCORE FAIRE CONFIANCE MEME L'ETAT NE RESPECTE PLUS UN CONTRAT SIGNE PAUVRE BELGIQUE QUE NOS PARENT ONT MIS EN VALEUR PAR LA FORCE DE LEUR TRAVAILLE BS
je suis prépensionné depuis l année passé je vais sur mes 59 ans et j ai 43 ans année de travail a mon actif moi je vois leurs bute au gouvernement c est de diminué l allocation de l onem pour ensuite pour notre pension la raboté encore plus que l on aille fouiller dans leurs poches au gouvernement et les multinational c est la que l argent est présent sans compté toute ces magouille qu il y a eu avec les banque et j en passe a croire leurs slogan maintenant ( c est marche ou crève )
bonjour c est deguelasse de faire et defaire les loi a leur guise sans penser que la vie des gens peuve se retrouver a la rue avec toute c est connerie moi la prepention je l ai pas demander on me la imposer ils veulent nous metre sdf c est salopar ne nous laissont pas faire surtout vive le ptb
curieusement, étant prépensionné à 56ans/40 ans de travail depuis avril 2014, et membre de la FGTB, comme beaucoup d'autres, je n'ai même pas été informé de la moindre manifestation prévue concernant les prépensionnés. Je comprend maintenant le nombre ridicule de participants lors de cette manif, concernant un nombre bien plus importants de travailleurs victimes, quand je vois le manque de publicités et d'informations. Cela est d'autant plus incompréhensible, quand on sait sans aucun doute, que les syndicats disposent du listing total des coordonnées des prépensionnés qu'ils indemnisent !!!
c'est a peine croyable !!!! aujourd'hui 24 février 2015,de nouveau une manifestation à Charleroi, concernant les prépensionnés, et une fois de plus, aucune publicité, ni mobilisation importante, qui sont les incompétents organisateurs cette fois ?????? Aucune infos sur internet, aucune invitation, ni convocation reçue, je suis prépensionné et les syndicats sont incapable, de diffusé la moindre information de mobilisation vers leurs propres affiliés. Ce n'est pas avec ce comportement laxiste et amateur, que les syndicats changeront les choses pour les prépensions
En effet personne est au courant des manifs il y a la un réel problème de coordination
C'est très facile a comprendre, les prépensionnées ont un complément en dehors de leurs chômage complet , que l'employeur ou la société paie , donc quand vous êtes oblige de travailler , avec un autre contrat , ( oblige car refus on retire chômage ) et bien le complément n'est plus donné non plus , donc de nouveau bénéfice pour la société ou autre , super non , si on donne la prépension , se n'est plus pour être sur le marche un point c'est tout , et il faut se battre pour cela , a moins que certains , aime de retourner travailler , je propose que tout ces secrétaire d'état, ministères , commence a travailler physiquement , ou lieu de se masturbé, le cerveau , pour chercher comment faire travailler le plus longtemps possible , les travailleurs , pour qu'ils ne puissent pas toucher la prépension ni surtout pension , il faut qu'ils crèvent avant ,comme cela eux pourrons bénéficier du leurs grosse pension tout en continuant a travailler , , Super , taxer les grosses fortunes , et faites payé le double des fraudeurs de ses grosses fortunes , qui ne déclare le minimum , et il n'y aura plus de problème de la dette public , tout se qui a été fait ces dernières années en fonctions des grosses sociétés , na servi qu'a les rendre plus riche encore que avant , avec comme mot d'ordre la compétitivité , avec tout les avantages en tout genre , avec comme résultat ,moi d'entre ,mais les dépenses reste les mêmes , donc servi a rien, sauf enrichir encore plus , et ils sont malin , vive le bilderberg
Nous sommes tous nous pré pensionnés des dindons de la farce après pour ma part 41ans de service dans la même entreprise sans jamais avoir connu de chômage 33ans de nuit et donc métier lourd j ai eux l opportunité de laisser la place aux jeunes ce que j ai fait étant fatigué après toutes ces années et la on me dit de rechercher du boulot c est scandaleux ceci été bien stipuler que l on été plus conserner et exant de se retrouver sur des liste comme demandeur d emplois et d un coup on balaye tout ça je sait que nous sommes des milliers dans cette situation et je demande a vous tous une grande manif contre cette injustice ,cette tromperie d un gouvernement qui ne respecte rien du tout ce qui a été convenu pour les préretraites doit rester d actualité qui va prendre notre defence face a cet holdup social sans précédent j en appel a tous pour se lever tous ensemble contre ces terroristes social

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique.