Cinq raisons pour lesquelles Trump n’est pas le bienvenu en Belgique

Ajouter un commentaire

Commentaires

Moi j'irais à cette manifestation et je vais publier sur mon mur FB. Je suis profondément dégoûtée par le gouvernement de CHarlot et ses sbires. Ils assassinent le peuple belge et appuyent sur le clou en recevant ce clown de Trump montrant par là qu'ils adhèrent à ses idées ! Quelle honte !
dans les 7 pays "à majorité musulmane" dont les ressortissants sont (momentanément) interdits d'entrée aux USA (bannis), L'IRAN N'EST PAS UN PAYS ARABE (mais de population perse, persane). Or, le texte l'assimile à tort à ses "voisins". Une erreur dans un texte, surtout à destination d'un grand public comportant beaucoup de néophytes de la matière traitée est regrettable.
Trump n'est pas le bienvenu, et il faut lui faire savoir et surtout pas une fois de plus jouer les hypocrites, Monsieur Charles Michel. Il a été élu en Amérique, mais pas ici après tout. Est ce que vous vous rendez compte qu'il est en train de prendre des décisions qui finalement concerne la Terre entière? On ne peut pas rester impassible bon Dieu !
Je ne connais vraiment pas Monsieur TRUMP, sauf sur quelques "sorties" un peu borderline. Mais je me dis que tout cela nous a été présenté par une presse et des politiciens conditionnés à nous faire peur! Ce que je pense surtout, c'est que Donald TRUMP devra y aller très fort pour être pire que c'est prédécesseurs En termes de guerres, je ne sais pas trop comment il va faire? Une chose que je sais, et ça vaut ce que ça vaut, c'est que Donald TRUMP nous aura au moins sauvés de la criminelle de guerre psychopathe HILARY CLINTON....
Il est certain que ce type est un fou dangereux qui le démontre tous les jours ! C'était déjà chaud et triste sur toute la planète, mais là, c'est l'apothéose ! Merci pour cet excellent article et j'espère qu'on sera nombreux à nous montrer le 24 mai. Soit dit en passant, après que la plupart des élections dans les pays européens aient redessiné une nouvelle carte politique !

« Transformer la SNCB pour la rendre performante ».

Le 6 décembre, les ouvriers d'AB InBev ont remporté une victoire retentissante. La direction s'est pliée aux revendications pour la sécurité d'emploi, acquise jusque fin 2024. Le règlement vaut pour tous les travailleurs, ouvriers et employés.

Amis français, n’hésitez pas à regarder en Belgique : il y a deux ans, gouvernement et patronat ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs ont réussi à les faire reculer. Retour sur une victoire – et non pas une histoire – belge.

Chaque année, la coalition Stop the Killings, qui regroupe des syndicats et des ONG, organise une journée de mobilisation de solidarité internationale. Ce 10 décembre, l’objectif est de dénoncer les violences au Chili.

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.