« F*** le gouvernement » et autres (meilleures) raisons d’avoir manifesté

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

Commentaires

« F*** le gouvernement » et autres (meilleures) raisons… Le meilleur incontestable ne doit pas diminuer ce qui précède. D’un côté, je suis convaincu qu’il vaut certainement mieux avoir des raisons fondées sur des arguments rationnels, des chiffres et cetera, que ces raisons sont donc effectivement meilleures. Mais d’un autre côté, les raisons du style F*** sont importantes aussi. Cela m’a frappé comme jeune ouvrier à Charleroi (relativement jeune, j’avais près de 30 ans). Il y a un sentiment profond de « eux et nous » qui n’est pas toujours rationalisé mais cependant important et fort. Il y a une longue expérience, l’expérience de plusieurs générations qui se cristallise dans le cerveau des héritiers de ces générations : dans le monde, il y a « eux » et « nous ». Ceux qui le disent n’ont que 20, 30, 50 ou 60 ans, mais leurs neurones ont intégré, avec le lait maternel et les conversations autour de la soupe familiale, dans la rue, à l’usine et ailleurs, deux siècles de leçons de classe (enfin, plutôt 150 ans à l’époque dont je parle). Je me souviens de mes camarades ouvriers de la sidérurgie, je me souviens de mon beau-père mineur italien et ça m’avait fort impressionné. Pour eux, ça ne faisait pas un pli, il y a « eux » et « nous ». Quand mon beau-père disait « ils », ça voulait tout dire. C’est la traduction en langue ouvrière du mot « establishment ». Il y a aussi des jeunes qui n’ont pas deux siècles de tradition ouvrière derrière eux mais qui arrivent à la même conscience basique du « eux » et « nous ». Ainsi je suis d’accord avec les « meilleures » raisons, mais la force de la classe ouvrière, c’est aussi — et c’est très important — le F*** viscéral, la conscience collective de base — et un des messages du Manifeste de Marx et Engels — que partout et toujours, il y a ceux qui travaillent, « nous », et ceux qui en profitent, « eux ». Alors merci pour le F*** du titre qui m’a fait réfléchir à tout ça.

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.

Elles sont travailleuses domestiques. Elles travaillent en Belgique depuis plus de 10 ans mais n’ont pas de papiers. Il y a quelques mois est née la Ligue des Travailleuses Domestiques, un collectif lancé par la CSC afin que ces travailleuses s’organisent pour défendre leurs droits. Solidaire est allé à leur rencontre.

Pour Ivo Janssen, il est incompréhensible que le gouvernement arrose les grandes entreprises industrielles de gros subsides alors que les petites entreprises ne reçoivent aucun soutien financier et que le travailleur est accablé de taxes supplémentaires. Il faut prendre des mesures drastiques pour contraindre les grands industriels à rendre leurs procédés de production neutres en CO2.

Pas assez de transports en commun. Et la technique du parapluie (« c’est pas moi, c’est l’autre »). Un récent rapport de la VUB et de l’ULB vient mettre en lumière ce qui fait de la capitale belge une des pires villes européennes en matière de mobilité. Mais de ce tableau  noir sortent aussi les pistes de solution.

Le samedi 15 juin au soir, peu de plats ont été livrés à domicile à Gand. Les coursiers de Deliveroo de la ville ont arrêté le travail pendant une heure pour protester contre la baisse constante des salaires et les conditions de travail précaires. Les coursiers grévistes ont réussi à mettre une pression telle que le système a été mis à plat.

« Les dernières décennies ont été dures pour le monde du travail, en grande partie à cause des changements technologi

Le recours à la force contre l’occupation pacifique de la place devant le quartier général de l’armée soudanaise à Khartoum était prévisible. Mais la brutalité avec laquelle le groupe paramilitaire RSF (Rapid Support Forces) s’est comporté le lundi 3 juin au matin a immédiatement balayé toutes les illusions sur le nouveau régime militaire.

La SNCB vient de décider de réduire l'horaire d'ouverture des guichets de 75 gares en Belgique. Gares ouvertes à mi-temps, fermées le week-end. La stratégie de déshumanisation des gares suit son cours, au grand dam des organisations syndicales et des navetteurs. La résistance s'organise.