« F*** le gouvernement » et autres (meilleures) raisons d’avoir manifesté

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

Commentaires

« F*** le gouvernement » et autres (meilleures) raisons… Le meilleur incontestable ne doit pas diminuer ce qui précède. D’un côté, je suis convaincu qu’il vaut certainement mieux avoir des raisons fondées sur des arguments rationnels, des chiffres et cetera, que ces raisons sont donc effectivement meilleures. Mais d’un autre côté, les raisons du style F*** sont importantes aussi. Cela m’a frappé comme jeune ouvrier à Charleroi (relativement jeune, j’avais près de 30 ans). Il y a un sentiment profond de « eux et nous » qui n’est pas toujours rationalisé mais cependant important et fort. Il y a une longue expérience, l’expérience de plusieurs générations qui se cristallise dans le cerveau des héritiers de ces générations : dans le monde, il y a « eux » et « nous ». Ceux qui le disent n’ont que 20, 30, 50 ou 60 ans, mais leurs neurones ont intégré, avec le lait maternel et les conversations autour de la soupe familiale, dans la rue, à l’usine et ailleurs, deux siècles de leçons de classe (enfin, plutôt 150 ans à l’époque dont je parle). Je me souviens de mes camarades ouvriers de la sidérurgie, je me souviens de mon beau-père mineur italien et ça m’avait fort impressionné. Pour eux, ça ne faisait pas un pli, il y a « eux » et « nous ». Quand mon beau-père disait « ils », ça voulait tout dire. C’est la traduction en langue ouvrière du mot « establishment ». Il y a aussi des jeunes qui n’ont pas deux siècles de tradition ouvrière derrière eux mais qui arrivent à la même conscience basique du « eux » et « nous ». Ainsi je suis d’accord avec les « meilleures » raisons, mais la force de la classe ouvrière, c’est aussi — et c’est très important — le F*** viscéral, la conscience collective de base — et un des messages du Manifeste de Marx et Engels — que partout et toujours, il y a ceux qui travaillent, « nous », et ceux qui en profitent, « eux ». Alors merci pour le F*** du titre qui m’a fait réfléchir à tout ça.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.

« Lundi 27 juillet 2020, un message horrible arrive : Pablo Demoor, ancien travailleur et délégué chez Volkswagen (VW), n’est plus. Pablo a été l’un des premiers syndicalistes ouvriers qui a aidé à construire le PTB à Bruxelles », explique Riet Dhont, ex-présidente bruxelloise du parti de gauche qui a lutté de nombreuses années avec lui, à VW et ailleurs. Plusieurs membres du parti lui rendent hommage.

Le 30 juin, le roi Philippe a reçu une lettre de Juliana Lumumba, signée au nom de la famille Lumumba.

La culture est le premier secteur à s’être complètement arrêté avec le coronavirus.

Inspirée par Donald Trump, l’extrême droite des quatre coins du monde a adopté une même devise  : «  C’est à cau

La question des violences policières refait surface depuis la mort filmée de George Floyd.

Alors que nous devrions être en train de vibrer devant les matchs de « nos » Diables à l’Euro 2020, celui-ci a é

Voici un aperçu du contenu du numéro de juillet et août. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Plusieurs organismes l'affiment : il pourrait y avoir un pic de suicides pendant et après la pandémie, en particulier chez