Frédéric Gillot (PTB) : « Vous la voyez, vous, la différence entre la baffe de l'austérité et la gifle de la rigueur ? »

Frédéric GIllot au rassemblement syndical d'avertissement au gouvernement fédéral de droite du 23 septembre 2014. (Photo Solidaire)
Frédéric GIllot au rassemblement syndical d'avertissement au gouvernement fédéral de droite du 23 septembre 2014. (Photo Solidaire)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je te remercie frédéric, comme d'abitude tu est sur tout les fronts et encore une fois les véritées sont dites.Comme tu le précise c'est la base qui décide et la base c'est nous le peuple. J'aimerais apporter mon témoignage, forcée de constaté que rien n'est fait pour une meilleur qualitée de vie, il est plus facile d'enfoncer le clous que de l'enlever, j'en ais pour preuve, le PS tente à dire qu'il veut lutter contre l'autérité mais en attendant et jusqu'a preuve du contraire c'est bien la région qui exclu les chomeurs 01-01-2015 ,dont je ferais partie et c'est aussi la région qui pour des raisons de création d'emplois" fictif " vaut agrandir des zonings et exproprier des familles, dont la mienne, je connais des gents qui dans les mois, voir l'année prochaine vont se retrouver dans la rue car ils perdent leurs revenus et que dans le cas d'expropriation pour cause d'utilité publique, il s'arrange pour limiter les dépenses dans l'indemnisation des familles qui pour pouvoir se reloger vont devoir être confronter à des dépenses conséquentes, auront-ils droit à un emprunt? Sans compter que le coût d'achat de nouveaux biens et les frais de notaire seront plus élevés car le marcher immobilier à été revu à la hausse depuis toute ses années,les assurances vie plus élevé vu leurs âges ,etc......). Alors une question se pose, faut-il refuser de vivre et se laisser mourir pour combattre l'austérité, la mort de certains ouvriers suite à la perte de leur emplois ne doit jamais être oublié et nous ne pouvont baisser les bras pour les familles qui on perdu l'être cher . Pour ma part, je continuerais à me battre pour lutter contre les inégalités sociale et c'est avec un dégout profond pour de tel mesure et pour lutter contre cette austérité car oui !!!, je l'affirme la belgique est en pleine austérité, n'ayons pas peur des mots, que je serais présente à la protesparade . bien à toi Nadia de la section de Flémalle.
Camarades, En ce qui concerne le Fédéral, suite à l'agression des salariés par la FEB et le VOKA via leurs hommes de paille du gouvernement réactionnaire de la NVA, du MR, de l'open-vld et du cd&v, qui vont diminuer notre pouvoir d'achat en supprimant l'indexation de nos salaires ( pour que le patronat s'en mette encore plus plein les poches ), je lance un appel solennel à tous les salariés qui me lisent : Si vous habitez dans un rayon de 50 ou 60 kilomètres près des frontières de l'Allemagne, de la France, du Grand duché de Luxembourg, et des Pays-Bas ( çà fait "du monde" ), allez EN MASSE faire vos "grosses courses du mois" là-bas ! Presque tout y est BEAUCOUP moins cher qu'ici' ( un exemple parmi d'autres une botte de radis en Allemagne 29 centimes au lieu de 99 centimes ici quand c'est en réclame ) . L'arrogance de la FEB et du VOKA va fondre, tout comme leurs rentrées financières et au bout de quelques mois, ils pleureront pour que nous revenions faire nos grosses courses en Belgique et ils seront peut-être obligés de baisser leurs prix pour que nous revenions vraiment...! Pour ce qui est du gouvernement régional qui se dit de gauche, mais qui prône "la rigueur", je lui suggère d'arrêter de donner des primes à des petits bourgeois qui n'en n'ont pas besoin ! Dans 90% des cas, ils ont donné, sous l'influence des écolos ( petits bourges qui se disent de gauche ), 5.000 euros de primes par famille pour le photovoltaïque - quand vous avez 25.000 euros ou plus pour installer çà, avez-vous besoin d'une prime- de plus les bénéficiaires de ce système ont le "sacs et les poires" car ils retouchent un max des contributions grâce à celà ( alors qu'une femme d'ouvrage qui fait 2 mi-temps repaye plus de 2.500 euros d'impôts car pas assez taxée à la source sur ses maigres revenus...) ! Je suggère aussi de taxer à 33% tous les revenus locatifs des multis-propriétaires . Appliquez ces deux mesures, et vous en aurez, du pognon !!!

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique.