José souffre de burn-out et l'AR De Block va le faire craquer pour de bon

Photo : Flickr/Techniker Krankenkasse
Photo : Flickr/Techniker Krankenkasse

Ajouter un commentaire

Commentaires

Hélas, ce scénario ne relève pas de la fiction. Il y a 5 ans, des collègues et moi avons déjà vécu une situation similaire. Un des noeuds du problème est que certains médecins conseils posent des décisions et diagnostiques totalement abusifs. Le médecin conseil en question sévissait sur toute une région et les médecins autant que les patients étaient démunis face à cette situation. Le seul moyen de tenir tête à un médecin conseil c'est d'avoir recours à des médecins spécialistes, face à eux, le médecin conseil ose moins imposer son diagnostique minimisant. Relativement aux arrêts de travail liés à des burnouts, situations de harcèlement moral la grosse difficulté est de trouver un médecin psychiatre qui a encore des disponibilités pour accueillir de nouveaux patients : ils sont de plus en plus débordés, les délais d'attente pour être pris en charge sont de plus en plus longs.
il y en a marre de cette pression des médecins conseil , je suis dans la situation actuellement, burn out suite à assassinat et viol de ma mère, puis décès d une de mes jumelles, phobie des médecins, agoraphobe, insomniaque, etc , je suis très fatigué, de tout, et je m endors n importe ou, et tout ce qu il compte pour ce contrôleur , me remettre au travail suivant la règle de block , du n importe quoi ....

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

« Tous les soirs à huit heures, j'applaudirai aussi pour toi » - In memoriam Dirk Van Duppen.

Le 30 mars 2020, l'Inde comptait 1 251 de contaminations confirmées du coronavirus.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Le virus COVID-19 virus se répand à la vitesse de l’éclair et touche également Gaza et les territoires palestiniens.

Les accueils des maisons médicales sont très sollicités en cette période de crise sanitaire.

Deuxième contribution de la médecin urgentiste Nathalie Eggermont. Un service de nuit aux urgences. On n’a aucune certitude, sur la façon dont la crise va évoluer. On continue à se battre. Et on relâche un peu la pression, avec les collègues. On râle ensemble sur la pénurie de matériel, et les choix politiques consternants.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.