Le gouvernement grec plie, mais l’Union européenne en aura-t-elle jamais assez ?

Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia
Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia

Ajouter un commentaire

Commentaires

Nous avons pour devoir de continuer à soutenir Syriza, parce que nous avons pour devoir de soutenir le peuple Grec. Mais dès le début cela n'était-il pas voué à l'échec, non pas parce que la demande du peuple Grec était trop élevée, mais parce que Syriza est plus proche de la sociale démocratie (même si dans son cas c'est plutôt l'aile gauche de celle-ci), que d'un parti foncièrement anti-capitaliste ? Nous avons pour devoir de soutenir le peuple Grec, mais le soutien à Syriza à ses limites. Soutenir une capitulation larvée, c'est laisser la place à d'autres, s'il y a implosion de ce parti !! D'autres qui seront probablement bien loin de la sociale démocratie et de la gauche !!
Le pire serait que le peuple grec retire sa confiance à Syriza car il est d'évidence que ce serait la meilleure solution pour les dirigeants européens les plus insensibles et tenant d'un libéralisme de "l'Ouest". D'autant plus qu'une sortie de l'euro pour la Grèce signifierait que des accords extérieurs leur sont favorables. D'autant plus que ce coup de force servirait d'exemple pour utiliser sans scrupules des méthodes musclées vis-à-vis d'autres tentatives de peuples européens de s'opposer à l'austérité. Il ne faut surtout pas relâcher notre solidarité.
Vous oubliez qu'il existe une alternative encore pour le peuple grec qui fera encore moins plaisir à l'Europe mais à nous aussi. Le fameux parti d'extrême droite fasciste "l'Aube dorée". Non seulement on s'éloignerait d'une gauche mais en plus, je pense qu'ils seraient encore moins conscilliant que Syriza. Non seulement ce serait une perte pour la démocratie en Grèce et peut-être aussi pour l'UE qui y reverrait pas son argent.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.

En avril 2017, le gouvernement croate publie un « programme de réforme des pensions » qui va augmenter l’âge de la retraite de 65 à 67 ans et durcir les conditions des départs anticipés. Ce programme reçoit l’accord du Parlement. Mais pas celui des travailleurs, qui obligent le gouvernement à reculer. Récit d’une victoire.

« Qui sait vraiment ce qui se cache derrière les grands murs des prisons de Saint-Gilles, Forest ou Berkendael ? J’y suis allé en décembre dernier et j’aimerais partager avec vous ce que j’y ai appris. » Nabil Boukili, député fédéral du PTB, livre ses impressions après une visite de trois prisons du pays.