PTB : « En Grèce, un vent nouveau se lève pour l’Europe »

Photo Belga
Photo Belga
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bravo les Grecs ! Enfin un Peuple qui a les c...lles de dire "merde" à cette europe arrogante, à la botte des financiers, eurocrates donneurs de leçons ( mais qui ne montrent pas l'exemple ) et autres banksters de tous poils ! Syriza représente l'espoir de tout le Peuple européen écrasé par le panzer nommé 'europe' piloté par frau Angela...!!! Je suis certain que ce succès va faire tache d'huile dans l'europe entière car les salariés ( qui ont de moins en moins ) en ont marre que l'on vienne chercher dans leur poche le peu d'argent qui leur reste pour goinfrer les nantis !!!
Il faut bien sûr se réjouir du changement politique en Grèce, de la défaite du parti libéral, du pied de nez fait à la troïka et à tous ceux qui pensent que seul le modèle néolibéral est la solution. Mais ne tombons pas non plus dans un angélisme béa,, le capitalisme n'est pas soluble dans le social, le système capitaliste ne se dilue pas, il doit impérativement disparaître si l'on veut réellement changer les choses. Syriza est un parti de gauche effectivement mais il reste malgré tout un parti social-démocrate. Je me sens bien plus proche de l'analyse développée dans "étude marxiste" par Cécile Chams, que de l'euphorie du texte ci-dessus. http://lherminerouge.over-blog.com/article-grece-syriza-ou-la-voie-social-democrate-cecile-chams-etudes-marxistes-n-105-125435641.html
ah bon?!Un sommet de contre-vérités...PM se félicite que les travailleurs grecs vont être roulés dans la farine par un parti opportuniste qui fait alliance avec la droite?Bizarrre...
Au-delà du carcan droite-gauche, Tsipras se choisit surtout un partenaire qui ne lui posera aucun problème pour sortir de l'Euro si on l'y contraint. Après le "Nein" immédiat de la Troïka , c'est un message clair qu'il leur renvoie, qui plus est doublé par l'argument de la révision de la dette allemande en 53. Au poker, c'est un coup qu'on appelle le "check-raise" qui démontre force et détermination. Et c'est extrêmement bien joué !
C'est un fabuleux espoir en effet. Pour la Grèce et pour les forces progressistes du reste de l'Europe. Mais c'est aussi et surtout une voie à suivre...pour les gauches alternatives. Syriza, comme Podemos, vont réussir parce qu'ils sont parvenus à rassembler tous les déçus des politiques d'austérité ultra-libérales. C'est l'Union des forces de gauche (je ne parle pas de la droite déguisée en gauche qui se partage le pouvoir avec les libéraux depuis des décennies) qui fait la potentialité d'une alternative. Dans le sillage de Syriza et Podemos, il faut rassembler aussi en Belgique (et en France), plutôt que de nous morceler en PTB, Ecolo et autres petits partis en bataille de voix. Saurons-nous le faire ?
La menace de "notre" ministre des Finances, Johan Van Overtveldt et de l’Allemagne, quant à une sortie de la Grèce de l’Europe, témoigne du peu de considération dont témoigne l’Europe du capital vis-à-vis de la démocratie. Depuis quatre ans, les institutions européennes (le grand partie libéral européen) étouffent toutes les expressions de souveraineté du peuple Grec. Nous ne pouvons que nous réjouir de la digne leçon de démocratie d’un peuple face au mouvement de confiscation des institutions politiques dans ce pays. Les propos de M Johan Van Overtveldt, sont un affront à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ».
OXI!!!!!!!! Maintenant la troyka va savoir que est que c'est la voix du peuple!!!!

Le célèbre linguiste, philosophe et militant de gauche Noam Chomsky donne son avis sur la pandémie de coronavirus, les abe

Ces derniers mois, des centaines de milliers de travailleurs ont connu des conditions de travail inédites. Des situations dans lesquelles leurs syndicats ont conclu de nouveaux accords afin de faire respecter la sécurité au travail. Des représentants du personnel de quatre secteurs racontent.

Suite à la pandémie de coronavirus, le gouvernement brésilien a décidé de renouveler les permis de travail de 150 médecins cubains lundi dernier. Ceux-ci étaient restés dans le pays, notamment en raison de liens familiaux, après que La Havane ait rapatrié un grand nombre de médecins en 2018 en raison des menaces du président fasciste brésilien, Jair Bolsonaro, à leur égard.

En août 2005, Katrina détruit une partie de la Louisiane et de la Nouvelle Orléans. En 2008, la crise financière éclate. Depuis quelques mois, un virus tue des dizaines de milliers de personnes partout dans le monde... Le point commun entre ces événements ? Ils peuvent être utilisés par la droite pour casser notre protection sociale. Mais ils peuvent aussi être utilisés par la gauche pour la renforcer... Explications de la journaliste canadienne Naomi Klein.

L’Assemblée générale de l’OMS s’est ouverte sous haute tension lundi.

Les enquêtes internationales ont montré que la Fédération Wallonie-Bruxelles détient, en temps normal, le record des inégalités scolaires des pays industrialisés. En Belgique francophone, les enfants de familles populaires réussissent beaucoup moins bien à l’école que les autres. Le confinement n’a évidemment rien arrangé à l’histoire, mais ce n’est pas une fatalité : il est possible de combattre le virus et les inégalités.

« Sire, taxons les pauvres, ils sont plus nombreux. » Cette phrase attribuée à Colbert, le ministre des Finances de Louis XIV, semble aujourd’hui encore inspirer de nombreux politiciens en Belgique. Pour éviter de faire payer les plus riches, certains sortent des arguments aussi creux qu’infondés.

300 parlementaires du monde entier ont envoyé ce mercredi 13 mai 2020 une lettre au FMI et à la Banque mondiale pour l’ann